a French secularist SLAM

Moi le laïcard j’en ai marre des mastards,
des barbus qui se prennent pour des stars,
ça ne fait pas de moi un batard.
L’appel au meurtre n’est pas de l’Art !
Que leur vision soit exutoire,
ça et le port du foulard,
la haine n’est pas accessoire,
quand elle appelle l’abattoir.
Mais tout cela n’a rien à voir,
avec les flux migratoires,
c’est plutôt l’effet notoire
de l’appât du gain, du dollar
associé à de fieffés connards !
Alors devoir de mémoire,
rappelons les hussards noirs
Mettons l’ignorance au placard
en faisant réviser l’ histoire
pour que cesse le cauchemar !
Enfin, désarmons les revanchards,
les haineux, les pleurnichards
portant drapeau et sauciflard,
avant qu’il ne soit trop tard …
La seule trajectoire, c’est l’espoir
et c’est mon unique étendard !

Tchi pfou tchi pfou pfou …

J’sais pas si je vais pas me produire au Bataclan moi …

أنا لا زلت تعبت من الأصوليين ،
الناس الملتحين الذين يعتقدون أنهم نجوم ،
الدعوة إلى القتل ليست فن!
رؤيتهم هي منفذ ،
هذا ويرتدي النيكاب ،
ويشجع على القتل.
لكن كل هذا لا يتدفق
لجميع تدفقات الهجرة ،
هو بالأحرى التأثير السيئ السمعة
من الجشع ، الدولار
المرتبطة مع brutes جاهل!
واجب الذاكرة ،
استخدام التعليم
يزيد من معرفة العالم
من خلال مراجعة القصة
لوقف الكابوس!
لكن كن حذرا
الكراهية المتبادلة
قبل ان يفوت الاوان
المسار الوحيد هو الأمل

I ‘am a french secularist
tired of fundamentalists,
bearded people who think they ‘re stars,
But singing for murder is not art!
Their thought they believe liberating,
that and wearing the niquab,
only encourages killing
of whom that are not arab.
But all this does not flow
of all the migratory flows,
it is rather the  effect
of a kind of reject
associated with stupidity!
So for memory duty,
use education, be happy
let’s increase the knowledge of world
by studying history
which is not only war and sword
So my brother be careful
mutual hatred is not fair
and before the cup is full
Hope should be our common dare

Publicités
Publié dans Non classé, Politique | Laisser un commentaire

Du 220 Volts avec une batterie de 12 Volts …

Il y a quelques temps de cela je m’étais focalisé sur la fabrication d’alimentations continues de laboratoire : à partir du 220 Volts alternatif abaisser la tension, la transformer en courant continu d’une dizaine de volts pour alimenter toutes mes bidouilles électroniques. Aujourd’hui je vais faire l’inverse : à partir de la tension continue d’une batterie de 12 Volts, je vais générer du 220 volts alternatif, si possible en 50 Hertz. Vous allez me dire : pourquoi faire ? ça c’est une bonne question … Alors on va dire que c’est d’abord pour expérimenter moi-même, connaître, comprendre les problèmes techniques associés et travailler de mes mains parce que ça me repose le cerveau !!! Et il est vrai que je n’ai pas besoin à priori de ce type d’appareil. Je n’habite pas en plein désert, EDF me délivre du 220 sans coupure alors … Mais, on ne sait jamais … (j’ai un relent de “survivalisme” parfois !). Du coup je vais réaliser le montage le moins cher possible … (sachant qu’on trouve dans le commerce des convertisseurs tout prêts, mais souvent assez chers …)

Le principe de fonctionnement est assez simple : on va hacher le 12 volts continu issu d’une batterie de voiture, pour le transformer en courant alternatif de façon à l’injecter dans un transformateur élévateur de tension. (le dit transformateur est un transfo 220/12 volts, utilisé “à l’envers”). Tout bêtement. Je rappelle le principe du transformateur : Le transformateur est constitué de deux enroulements et d’un circuit magnétique, le transfert de puissance est réalisé par induction magnétique.

Parfois abrégé en « transfo » c’ est une appareil comportant deux bobines enroulées autour d’un noyau de fer doux permettant de modifier les valeurs de tension et d’intensité du courant délivrées par une source d’énergie électrique alternative, en un système de tension et de courant de valeurs différentes, mais de même fréquence et de même forme. Il effectue cette transformation avec un excellent rendement. Le rapport du nombre de spires secondaires N 2 sur le nombre de spires primaires N 1 est égal au rapport des tensions aux bornes de chaque bobinage et détermine ce qu’on appelle le rapport de transformation du transformateur, noté m .
Ce qui peut se traduire par l’équation m = N 2 / N 1 = U2 / U1

Mais je ne vais pas entrer dans le détail des explications en reprenant mes cours d’électricité hein … On va faire simple. Concrètement j’ai pris un transfo 220 volts / 2 fois 12 volts qui traînait dans mes cartons.

Transfo_exemples_1

Pour hacher le courant j’ai choisit d’utiliser des transistors MOS FET IRF 3205 (qui se comportent en gros comme de vulgaires interrupteurs) mais je vais les activer très vite afin qu’ils s’ouvrent ou se ferment à peu près à une vitesse de 50 fois par seconde (50 Hertz). Pour assurer la commande je ne vais pas créer un signal sinusoïdal car ce n’est pas facile à générer à faible coût. Je vais me contenter d’un signal carré et cela ira très bien pour connecter des ampoules électriques …

Pour cela je vais utiliser un circuit intégré spécialisé IR 2153 qui va alternativement, chacun son tour, commuter ces 2 transistors (j’aurais pu faire plus simple avec un 555 mais dans ce cas je n’aurais pas eu un pilotage sans recouvrement, des 2 MOSFETs alors que le 2153 a été conçu pour ça) .

IMG_1254

Avec le faible signal carré issu du IR2153 les transistors réagissent en injectant alternativement dans les bobinages 12 volts du transformateur un  courant  de plusieurs Ampères, haché à 50 Hertz et de tension 12 volts prélevé sur la batterie de voiture. Sur le bobinage 220 volts du transformateur on récupère un signal de même fréquence mais élevé à la tension 220 volts. Attention avec le 220 Volts on ne rigole plus…

Le schéma de mon circuit est le suivant :

inverter-using-IR2153-8

Liste des composants :
  • 2 * MOS FET IRF3205 achetés par 10 pour 1,34 Euros chez AliExpress … (on peut en mettre 4, 2 fois 2 en parallèle pour avoir plus de puissance)
  • 1 * IR2153 achetés par 5 pour 2 Euros chez AliExpress
  • 1 * Batterie de voiture

Fond de tiroirs donc gratos :

  • plaque aluminium ( pour refroidir les MOSFET)
  • 1 * Transformateur 12-0-12v à 220v, 3 ampères (récupération grenier)
  • 1 * potentiomètre 10k
  • 1 * 1N4007
  • 1 * Led
  • 3 * résistances de 1K Ohm
  • 2 * résistances de 22Ohm
  • 1 * résistance de  22k Ohm
  • 1 * condensateur 470uF/25V
  • 1 * condensateur 47uF/25v
  • 1 * condensateur 0.22uF
  • 1 * condensateur 0.01uF Ceramic

Voici mon prototype :

Conv1

J’allume une ampoule 220 volts sans problème :

Conv2

ça pulse ! Et voila le travail pour moins de 10 euros !!!

Pour les curieux qui souhaiteraient bobiner leur propre transformateur voici une vidéo intéressante.

 

 

Publié dans bidouillage, Electronique | Laisser un commentaire

Vive la photographie !

J’ai toujours aimé faire de la photographie. Je me souviens qu’à 12 ans déjà je réalisai des photos avec un Lubitel 6X6 et un 24X36 Zenit, deux appareils simples mais complets qui m’ont permis de comprendre les fondamentaux de cette magnifique passion … Depuis j’ai eu pas mal d’appareils photo et ne me suis jamais lassé de capter en images ce qui m’entourait. Enfin, la photo « numérique » m’a apporté un nouveau souffle grâce à l’extrême facilité de production, de retouche et de conservation des images. J’ai cherché comment mettre en ligne mes photos sur Internet et j’ai essayé tout un tas de trucs … Je viens de découvrir le logiciel WIX qui m’a permis de créer très facilement un site Web sur lequel j’ai pu mettre des photos très volumineuses ainsi qu’une musique de fond et tout ça gratuitement ! Voilà donc sur ce site quelques clichés sélectionnés dans ma bibliothèque numérique personnelle. Il y a mieux mais c’est plus cher …

https://jeangaillat.wixsite.com/photographie

ZolaPhoto

Publié dans photographie | Laisser un commentaire

Des panoramas, en veux-tu en voilà …

J’aime assembler des photos pour créer des panoramas … Surtout quand ils sont animés et avec une musique de fond … Cliquez sur chaque image ci-dessous pour visionner les panoramas animés que j’ai créés …

Lors d’une ballade en VTT près de Chatonnay en Isère

IMG_1142

Près du Mont Aiguille dans le Vercors

DSCF3249

Au LAc de Bouvante dans le Vercors

DSCF0710

En Crète

DSCF2579

Aux Aiguilles d’Arves dans les Alpes

DSCF2966

Au Pas de Peyrolles en Auvergne

[Group 9]-DSCF0603_DSCF0605-3 images

Au parc de la Mauricie au Québec

DSCF0925

Publié dans Panoramas | Laisser un commentaire

Une radio Internet très simple à construire …

Pourquoi se contenter d’écouter les stations de radio locales lorsque le monde entier peut s’offrir à vous ? Avec les radios Internet (ou webradios), on peut très facilement accéder aux radios du monde entier, qui sont diffusées en qualité “numérique”sur Internet … Classiquement un signal radio est acheminé par un câble jusqu’à une antenne émettrice, qui transforme ce signal électrique en onde électromagnétique dans l’espace “hertzien”. Cette onde a une fréquence bien précise. Lorsque le récepteur capte cette fréquence d’onde, il la transforme en signal électrique. Ce signal est enfin délivré par le biais d’un haut-parleur qui transforme le signal électrique en son, identique à celui originalement émis. C’est comme cela qu’on procède depuis le tout début de la Radio diffusion depuis 1891 ! Le système a beaucoup évolué depuis mais le principe reste globalement le même.

De nos jours, la diffusion “classique” ou diffusion hertzienne est toujours utilisée mais la radio dite “numérique” prend une place grandissante. Le principe en est complètement différent. L’avantage de cette technologie est une plus large couverture de diffusion. Le signal numérique peut être diffusé en temps réel (pour faire bien on dit “en streaming” ) ou mis à disposition pendant un temps donné (Podcast). La plupart des stations de radio diffusent maintenant leurs émissions sur Internet, en plus de la diffusion classique. Mais on trouve aussi tout un tas de nouvelles stations qui diffusent leur flux radio directement sur Internet. C’est assez facile à faire. D’ailleurs je me demande … Enfin on verra plus tard.

Deux types de radio numérique co-existent aujourd’hui :

  • la Radio Numérique Terrestre (RNT) ou DAB (Digital Audio Broadcasting) qui utilise toujours le principe de diffusion par fréquence ;
  • par internet, par le biais d’un flux de diffusion au format mp3, aac, etc. C’est ce dernier principe que je vais utiliser pour mon montage …

Alors vous allez me dire mais pourquoi fabriquer un “montage électronique” spécialement pour cela alors qu’à l’aide d’applications dédiées on peut arriver au même résultat sur son ordinateur, sur sa tablette ou son Smartphone ? En effet il est très facile d’écouter les Webradios aujourd’hui, pour peu que l’on dispose d’ une connexion Internet. Oui mais moi c’est le FUN que je recherche… Et puis mon projet est en fait de camoufler ma Radio Internet dans le corps d’une vieille radio … Toujours ma fixation psychologique sur la possibilité étonnante de marier le très ancien et le très moderne … C’est un plaisir de gourmet …

Pour arriver à mes fins j’ai cherché un peu et j’ai trouvé un kit extrêmement intéressant et très peu cher basé sur l’utilisation d’un ordinateur  Raspberry Pi Zéro W (je connais car j’ai déjà fabriqué une caméra de surveillance avec cette carte électronique miniature fonctionnant avec le système d’exploitation LINUX). A cet ordinateur est adjoint la partie commande avec des boutons de commande et un Vu mètre bien sympa (style l’oeil magique des vieilles radios à lampes ….), un petit amplificateur et un haut-parleur. On trouve ce kit sur tout un tas de sites Internet Anglais pour la plupart mais aussi Français. Il s’agit du kit “PIRATE RADIO”. J’ai commandé le mien pour 40 livres chez PIMORONI, site Anglais que je connais bien et qui propose des tas de trucs des plus amusants pour les amoureux de l’ordinateur Raspberry Pi.  On peut le commander aussi chez ROBOTSHOP. Mais la liste n’est pas exhaustive. Il est composé de 2 cartes électroniques : le Raspberry Pi Zero W avec WiFi et Bluetooth intégrés, l’extension DAC (décodeur son) et amplificateur stéréo PHAT BEAT avec ses six boutons et son Haut parleur ainsi que le connecteurs de liaison de ces 2 cartes électroniques. De plus le kit est livré avec des cordons pour Alimentation 5 volts, pour écran et clavier de commande (pour la programmation initiale).  Il y a en plus un Boîtier en acrylique …

https://www.robotshop.com/media/files/images2/pirate-radio-pi-zero-w-project-kit-desc-includes.jpg

Par contre il faut “bidouiller” un peu, car les connecteurs entre les 2 cartes doivent être soudés minutieusement. Ensuite c’est facile, c’est du LEGO ou presque. Bien sûr dans cette affaire c’est la partie logicielle qui fait toute la différence ! Il faut donc voir les 2 aspects du problèmes comme d’hab aujourd’hui : le HARD et le SOFT … Moi j’aime bien les deux  donc ça va le faire … De ce fait,  quand tout le montage est terminé rien ne fonctionne ! En effet il faut installer encore le plus important : LES LOGICIELS … càd le système d’exploitation pour faire fonctionner le tout … Et cela s’installe dans quoi ? Dans une micro-SD card ou carte SD (les mêmes qu’on met dans les appareils photos numériques ):

Résultat de recherche d'images pour "micro-sd card"

Donc il faut acheter une micro-SD card ou regarder si on en a pas une “en rab”, dans un tiroir … Ouf! j’en ai une … Dans un premier temps il faut insérer cette carte dans un lecteur sur un ordinateur , pour enregistrer les programmes nécessaires au fonctionnement. Ces programmes on va les chercher où ? Eh bien sur Internet. Mais là ça se corse car si vous ne lisez pas l’Anglais, point de salut ! … Il faut aller sur le site Anglais de PIMORONI, ICI  pour accéder au guide. Ensuite il faut suivre scrupuleusement les procédures indiquées pour formater la carte et enregistrer sur celle-ci le minimum nécessaire et ensuite on installe la carte SD dans le réceptacle prévu à cet effet dans le Raspberry Pi. On connecte le tout à une alimentation 5 Volts puis on poursuit l’exécution des procédures de programmation du Guide. On a besoin d’un clavier et d’un écran raccordés au Raspberry. Il faut aussi connaître le SSID et le mot de passe de sa Box Internet car sinon le Raspberry ne pourra pas se connecter en WiFi à votre accès Internet de la maison. Bon bref, il faut s’armer de patience, être rigoureux et connaître un tant soi peu les arcanes de LINUX (j’ai choisi “Stretch Lite”) mais une fois tout cela accompli, ça MARCHE ! Impec ! Le son est bon cependant, les stations sont des stations Anglaises, Yes Sir ! Il faut donc encore  personnaliser la programmation pour que le système aille chercher les flux Radio de votre choix. Là aussi le Guide donne des explications. Je vous recommande d’aller voir le site suivant pour trouver les liens vers tout un tas de Radios.  Sur un autre site ICI, j’ai même trouvé l’adresse du flux numérique de la Radio Internet de Trois-Rivières, au Canada où ma fille se trouve actuellement. ça fonctionne super, avec l’accent !

PirateRadio

Ensuite j’ai démonté cette version  puisque je venais de vérifier son bon fonctionnement puis j’ai intégré tout ça dans la caisse en bois d’une de mes vieilles TSF !!! C’est sûr elle va beaucoup mieux marcher maintenant (et incidemment, consommer beaucoup, beaucoup moins de courant électrique) … Voici la TSF modifiée “grand sport”. On distingue le Vu-mètre au centre, puis à gauche le bouton poussoir de changement de stations, à droite le bouton poussoir de RAZ logicielle. Je n’ai pas ajouté de boutons de commandes supplémentaires pour le volume ou la pause car je peux commander la Radio Internet directement en WiFi depuis mon Smartphone en me loguant sur l’adresse 196.168.1.xx:8080  (xx dépend de votre réseau intérieur) :

TST1

L’intérieur de la radio ne contient quasiment plus rien par rapport à sa version ancienne ! Il y a toujours un Haut Parleur bien sûr, à droite le transformateur secteur et l’alimentation USB délivrant du 5 Volts continu, au centre la carte RaspBerry Pi Zero W surmontant la carte PHAT BEAT et son Vu-mètre, puis en dessous deux boutons poussoir dont j’ai connecté les cosses sur les boutons ad-hoc sur la carte PHAT BEAT … Et voilà !

TST2

Cliquer ICI pour visionner le film de la première mise en fonctionnement de ce projet …. Et cliquez ICI si vous voulez télécharger ma playlist de Radios Internet. Voilà, voilà … Une bonne “bidouille” de GEEK !!!

Publié dans bidouillage, Electronique, Programmation, Raspberry Pi | Laisser un commentaire

Du Mont Aiguille, en passant par Chatillon en Diois …

Ce Mercredi 18 Avril 2018 petit tour de Moto autour du Vercors; direction Grenoble, Vif, Monestier de Clermont, arrêt vers le grand Veymont et le Mont Aiguille, retour par le Col de Menée, Châtillon en Diois, Crest, Chabeuil, Beaurepaire. C’est beau ! 350 kms quand même … Mais avec ma GS 1200 c’est du gâteau !

Capture d'écran 2018-04-18 22.19.57.png

Allimas DSCF3249 DSCF3247

DSCF3277 DSCF3281 DSCF3279

Pano2

Pano1

Cliquez sur l’image ci-dessous pour visionner la vidéo de ce moment :

Pano3

Publié dans Moto | Laisser un commentaire

Vieux motard que jamais …

Oui je suis un vieux motard. J’ai eu mon permis moto en 1978, j’avais 23 ans. Avant cette date je vivais à Lyon (à Saint Priest) et j’allais au boulot en 125. Une 125 XL Honda achetée chez Pithioud à Lyon  … ça allait super bien pour aller faire des virons dans la neige fraîche !

  DSCF3153

Un beau matin, alors que j’étais arrêté à un feu rouge, j’entends un PoumPoumPoum des plus suaves, caractéristique d’un gros monocylindre et un gars en 500 XT arrive à côté de moi. Le feu passe au Vert et là, d’un coup d’un seul , il mets les deux pieds sur l’arrière de sa selle et démarre sur la roue arrière en 3 coups de pistons en me laissant sur place. Je suis tellement impressionné que je le suis pour mieux voir la “bête”. Coups de chance, il habite pas loin. Je le rejoins et lui demande, fébrile, “vous la vendez ?” Et lui de me répondre “Oui comment vous le savez ?” Et paf ! J’ai craqué. Il fallait donc que je passe le permis… A l’époque c’était carrément une formalité. C’était une XT 500, le tout premier modèle “américain”, avec le pot passant sous le sabot moteur… Allumage en 6 volts, pas de démarreur, juste un kick. Et il fallait un sacré coup de jarret. Mais quel bonheur ! Je devenais un “vrai” motard.

DSCF3092  DSCF3129  DSCF3137 

Pas de problème pour descendre à deux, dans le Midi …

DSCF3040 DSCF3028

A partir de là j’étais fait et refait. Le virus de la moto m’avait définitivement infecté. Alors quand le nouveau modèle de 500 XT est sorti, je l’ai acheté. Elle était encore mieux, passée en 12 volts. Les démarrages étaient plus aisés, mais toujours au kick !

DSCF3098 DSCF3128

C’était l’époque des Paris Dakar ou Yamaha peaufinait ses nouveaux modèles. Et alors est sorti LE nouveau modèle qui faisait rêver : La Ténéré ! Apparition du démarreur électrique et passage à 600 cm3 sur un monocylindre 4 temps … ça lui donnait un couple d’enfer !!! J’ai eu 2 Ténérés … La route des Alpes je peux vous dire que je la connais par coeur !!!

DSCF3076     DSCF3140 TénéréGareoult DSCF3054

Puis je suis passé à la moto “de route” histoire d’être plus à l’aise sur l’autoroute pour descendre dans le Midi … J’ai acheté une Yamaha 750 XV, un bycilindre en V, équipé d’un cardan. Elle était très sympa. Mais elle faisait un bruit de pignons au démarrage assez peu recommandable…

DSCF3111 DSCF3112 DSCF3114 DSCF3038

Je ne l’ai pas gardé très longtemps et suis revenu à mes premières amours, à savoir les gros “trails”. J’ai alors acheté la 650 Honda “Dominator”, le mono qui damait le pion à la Ténéré !!! Un avion de chasse aussi à l’aise sur autoroute que sur les chemins pleins de cailloux … avec un freinage d’enfer !

DSCF3059 Dom

Puis je suis devenu “Papa”. On était alors en 1990. Désormais à charge d’âme, je prenais peur à moto. Alors, non sans regret j’ai vendu la Dominator. Il me fallait devenir raisonnable … J’ai attendu que mon fils ait 12 ans pour revenir à la moto. En 2002, je tombe sur une annonce sur Internet de vente d’une 650 W KAWAZAKI. C’est une moto dont je rêvais depuis un certain temps car elle me rappelait les bonnes vieilles Triumph Bonneville, avec son moteur bycilindre vertical callé à 360°,elle m’avait carrément tapé dans l’oeil … Une très bonne affaire. Il fallait aller la chercher à Toulouse en TGV. Je suis revenu par les petites routes, un vrai régal. Tout le monde s’inquiétait bien évidemment…

_26 _20 _19

Enfin, en 2008 j’ai acheté LA MOTO, THE BIKE. LA BMW 1200 GS, la reine des gros « Trails » … Avec son fameux flat-twin de 100 cv et son cardan. Elle a aujourd’hui 68000 kms et moi j’ai 62 ans … Je n’ai rien vu passer … Pour moi la 125 c’était hier !

IMG_3456 IMG_1940 DSCF0501

PanoAucelon

J’en suis tellement content que je lui ai consacré le poème qui suit et que tout motard qui me lira comprendra à 100 pour cent.

La première fois
Toute neuve
Je l’ai prise
Sans faiblesse

Son souffle rauque
M’a séduit
Je l’apprécie
Je le confesse

Depuis ce temps
Elle m’obéit
Au quart de tour
En souplesse

A ma poigne
Telle Pégase
Elle réagit
En vitesse

Elle me rassure
Dans mes parcours
Tant elle pardonne
Maladresses

Je suis confort
Elle me protège
Et ne me donne pas
Mal aux fesses

Je l’aime encore
Ne vieillit pas
Toujours pimpante
La bougresse

Pour jouir ensembles
Des chemins
Et devant nous
L’allégresse

Elle me conserve
Elle me transporte
Dans le soleil
Ma GS

Vous l’avez compris
C’est à 2 roues
Que resplendit
La jeunesse !

Allez ! A un de ces 4, sur la route …

DSCF0476

Publié dans Moto | Laisser un commentaire