Au ski avec les vieux copains en Février 2018

Comme tous les ans avec le Claude Vernède et le Jean Mi Gonnet nous voilà partis en ce 4 Février 2018 pour une petite semaine de liberté sportive sur les pentes enneigées de Mégève, notre montagne préférée. Claude nous a trouvé un logement à Flumet. Nous louons nos skis chez Skimium MOUNTAINPLUS  à Praz sur Arly, il ne nous “assomme” pas car il connait les bétians. Et c’est parti !

Comme d’habitude, nous nous distribuons les tâches ménagères et l’exécution des repas ou de la vaisselle sans même y penser… c’est le fruit d’une très ancienne collaboration !

DSCF2866

Bonne ambiance, pâté de sanglier, gratin de poireaux, fondue, croûte savoyarde, bonnes bouteilles, et rigolade à la clef.

DSCF2863 IMG_0862

Cette année nous avons eu 2 jours de mauvais temps sur 5, c’est déjà mieux que l’an passé

DSCF2842

On en a profité pour prendre quelques verres de vin chaud sur la place de Mégève, en dédaignant les vestes de ski à 7000 Euros étalées dans les devantures de certains magasins spécialisés !!!  On a préféré se soigner la santé par les plantes !!!

DSCF2847 IMG_0869 IMG_0872

Fort heureusement nous avons eu 3 magnifiques journées durant lesquelles cette année encore nous avons pu faire la nique à la vieillesse en prenant plaisir à skier encore et encore  face au massif des Aravis ou du Mont Blanc. Les pistes étaient toutes à nous car nous avions pris la sage précaution de ne pas partir durant une semaine de vacances scolaires … Bref ce fut un très bon moment de vie entre amis. Une fois de plus. Je ne me pose pas la question jusqu’à quand. Mais je sais que c’est un luxe. D’autant plus après ce que m’a dit un ami bien intentionné : “attention aux chutes à ski; à un certain âge, les fractures du col du fémur sont redoutables” … Mais pas de chutes et pas de blessés … Croisons les doigts !!!

 DSCF2936  DSCF2883 DSCF2902

DSCF2943 DSCF2889

 Pano7 

DSCF2871 DSCF2939 DSCF2952

Une fois de plus je ne résiste pas à ce magnifique panorama du Mont Blanc pris depuis le  haut de la tête du Torraz située à 1930 mètres  :

Pano2Mezig

Bref. On s’est bien marré et c’est tout ce qui compte car VITA BREVIS comme dirait l’autre …

Pour finir cette histoire, cliquez sur l’image ci-dessous pour visionner le film de nos descentes endiablées …

DSCF2836

Bon alors à l’année prochaine si tout va bien !

Publicités
Publié dans ski, Sport, Vacances | Laisser un commentaire

Entre Laïcité et Communautarisme …

La France, expression forte de l’Etat-nation, société nationale très intégrée est attachée à des valeurs républicaines et au principe de laïcité, acquis il y a moins d’un siècle, qui impose la séparation radicale du politique et du religieux, dont elle prône non pas l’interdiction, mais le confinement dans l’espace privé ; la République ne veut connaître que des individus-citoyens.

Les migrations récentes apportent de sérieuses  réactions à ce modèle, difficiles à mesurer de façon précise, mais visibles au quotidien. Ainsi, se sentant agressées par la Laïcité Française, aujourd’hui, certaines communautés religieuses “rigoristes” évoluant sur le territoire national évoquent un frein à leur liberté. C’est bien dommage et je pense qu’il y a une confusion. Voici donc mon point de vue de citoyen Français sur le sujet …

image

Tout d’abord un postulat : la France n’est pas un ensemble de Communautés, elle est un ensemble de citoyens, qui ont les mêmes droits et les mêmes devoirs (ou qui devraient …). Notre pays laïque et républicain a édifié au cours du temps des principes et des valeurs que nous devons défendre pour TOUS les citoyens vivant dans ce pays, sans exception. Il pose le primat de la citoyenneté sur les appartenances communautaires, raciales, ethniques ou religieuses. Il définit la même loi pour tous les citoyens, quels que soient leur genre, leur classe, leur couleur, leurs pratiques de spiritualité.

Mais, cela est entendu, l’individu, dans sa solitude et sa petitesse, ne peut pas ne pas faire partie d’un groupe et appartient toujours à diverses communautés. Il est naturel et normal qu’il en soit ainsi. Mais, je souhaite préciser que si les comportements communautaires en eux même ne sont pas source d’atteinte au vivre ensemble, ils le deviennent quand ils prétendent réclamer des privilèges légaux spécifiques pour une communauté, en dehors du cadre constitutionnelle démocratique qui prévaut pour tous les citoyens. Ces pressions communautaires  ne sont alors pas sans conséquence sur la Paix publique et peuvent entraver les libertés fondamentales.

Bien qu’ il n’existe pas de définition faisant l’unanimité on peut cependant rappeler que les droits fondamentaux sont l’ensemble des droits subjectifs primordiaux de l’individu, assurés dans un Etat de droit et une démocratie. Ces droits fondamentaux peuvent être assurés dans des textes de natures juridiques diverses (Ex : Royaume-Uni), dans la Constitution qui liste les droits garantis (Ex : Espagne, Allemagne).

En France, les principaux textes garantissant les droits fondamentaux sont :

  • le Préambule de la Constitution de 1946,
  • le Préambule de la Constitution de 1958,
  • la Convention Européenne de Sauvegarde des droits de l’Homme et des libertés fondamentales (CEDH),
  • la charte de l’environnement (incluse dans la Constitution depuis 2005).

Les libertés fondamentales sont incluses dans l’idéal laïque de notre devise républicaine. En effet, la Laïcité qui est un concept philosophique construit à partir des principes fondamentaux que sont la liberté individuelle, l’égalité en droit, la fraternité sociale, engage l’application des préceptes de liberté absolue de conscience (et donc liberté de croire, ou de ne pas croire) et de tolérance mutuelle. Elle n’est donc pas seulement la séparation des Eglises et de l’Etat.

J’aime bien cette définition de la Laïcité selon Henri Peña Ruiz : « La laïcité, se définit très simplement par trois principes indissociables :

  • la liberté de conscience – un croyant est libre de croire en Dieu, mais il n’engage que lui dans cette croyance ; un athée est libre de nier l’existence de Dieu et de n’affirmer qu’un humanisme athée, mais il n’engage que lui dans cette affirmation –
  • l’égalité de droit sans distinction de conviction spirituelle et l’union des croyants divers, des athées et des agnostiques dans la participation à une sphère publique uniquement dévolue à l’intérêt général.
  • Le bien commun, la res publica, nous permet de dépasser les communautarismes, de nous retrouver dans une sphère publique qui, dans sa neutralité et son indépendance par rapport à toute conviction particulière, permet de fonder la vie commune sur ces trois principes.

À partir de là, la laïcité, c’est le principe qui unit tout le peuple (laos, en grec). Son étymologie renvoie à l’unité indivisible de la population, l’union du peuple, sans nier les différences, mais en invitant à considérer au contraire qu’en amont des différences, nous sommes tous des êtres humains, dotés de droits et de devoirs. Liberté, égalité, universalité de la puissance publique : voilà le triptyque qui définit la laïcité. »

En tant que principe juridique et politique d’organisation de nos institutions, elle est essentielle car elle reconnait l’égalité des citoyens devant la loi civile plutôt que la différence des appartenances communautaires et leurs cortèges d’aspirations identitaires. C’est pourquoi, et il ne s’agit en aucune façon de dogmatisme laïcard, la laïcité doit  être protégée face aux revendications totalitaires d’où qu’elles proviennent. Dans notre société démocratique de la diversité elle est un outil philosophique sans égal pour faciliter l’apaisement des échanges entre individus citoyens d’appartenances culturelles ou religieuses distinctes.

Alors, si il faut faire œuvre de pédagogie pour faire mieux comprendre et aimer la Laïcité, car elle est souvent bien mal comprise, l’Etat doit rester ferme partout sur l’exigence de son respect, toujours expliqué et porté comme outil au service de la citoyenneté. Mais si la laïcité impose une relative paix civile, elle doit rester dynamique en protégeant l’école et les sciences contre le créationnisme et la politisation religieuse. En particulier, dans le creuset du futur, les enseignants dans les écoles, collèges et lycées doivent être protégés par des lois punitives contre ceux qui menacent l’éducation à la citoyenneté, l’éveil au sens critique, à la lucidité et la responsabilité de soi, l’enseignement des sciences et de la raison et qui propagent l’obscurantisme. Si la coercition doit rester le dernier levier à utiliser, quand c’est nécessaire, la légitimité républicaine et démocratique de l’Etat doit lui permettre sans équivoque d’ imposer sa volonté.

Dans un Etat de Droit la Loi libère  » pour garantir les conditions de vivre ensemble par la protection des droits et libertés d’autrui ».

Il n’y a rien ici de bien nouveau, j’en veux pour preuve cette réponse historique écrite par Stanislas de Clermont-Tonnerre qui prononça le 23 décembre 1789 un célèbre discours sur l’assimilation, à l’époque des juifs, et qui exprime bien la conception française de la Nation : « Les Juifs doivent avoir tous les droits en tant qu’individus, ils ne doivent avoir aucun droit particulier en tant que fidèles d’une religion. »  Et il donna la seule bonne méthode qui puisse fonctionner, et qui a fonctionné pour les juifs dans notre pays, depuis cette époque (+ de 200 ans !!!)  : « ils ne doivent avoir aucun droit particulier en tant que fidèles d’une religion. »

NB : L’embêtant pour moi qui suis Athée, c’est que cette Laïcité présente l’athéisme comme une croyance, une sorte de croyance à l’envers mais une croyance tout de même. Une croyance parmi d’autres. Une option possible du buffet laïque qui, par exemple, met dans la même assiette le créationnisme et le darwinisme. Après tout, les gens choisiront ce qu’ils veulent. Autant dire alors que la science ne vaut pas mieux que la religion. Pourtant l’athéisme n’est  pas une attitude religieuse mais bien une attitude scientifique vis-à-vis l’univers. Espérons donc que cette Laïcité en tant que garante de la liberté de penser aboutisse immanquablement au savoir libérateur. Je ne fais aucun complexe de supériorité en disant ceci car apprendre rend humble. Le savoir appelle le savoir, le sens critique peut s’éveiller, la curiosité se déployer, les questions se multiplier, l’imagination s’envoler, la soif de comprendre s’étancher par l’exercice de la raison. Sans frustrations, sans contraintes hormis un réel travail pour s’élever et se surpasser, en esprit libre refusant de se laisser emprisonner par toutes formes de doctrine ou de dogmes. Il ne s’agit pas de nihilisme, il ne s’agit pas de perte de spiritualité ! En fait il est faux de penser qu’un être se voulant très rationnel n’a pas de questions existentielles ni soif de transcendance … On peut tout à fait avoir une spiritualité sans Dieu ! Mais au lieu d’avoir des réponses toutes faites on a que des questions ! Mais bien précises les questions du style : par quels médiateurs s’exerce le champ gravitationnel? Ou encore pourquoi l’intrication quantique ? Ou encore si il n’y avait rien avant comment ce rien a pu se transformer en quelque chose ? Etc etc …  D’où vient l’efficacité des mathématiques en physique ? Hummm ? Est-ce qu’elles sont réelles, est-ce qu’elles existent dans une sorte d’extension du monde physique ? Hein ? Est ce qu’il s’agit simplement d’un jeu de langage ?

Quand je pense qu’il y a encore dans ce Pays et ailleurs (ça doit être lié) des gens qui croient que la Terre est plate !!! C’est fou !!!

Bon! Allez, vers l’infini et au delà ! Suite au prochain numéro. Là je perd le fil de ce que je voulais dire donc mieux vaut en rester là pour l’instant … Passons un peu de musique pour se calmer

Publié dans Philosophons un peu, Politique | Laisser un commentaire

Quand Emmanuel Macron évoque la Nation Française ça me fait penser à quoi ?

JeanMacron Allons-y ! Je me lâche … Suite aux vœux 2018 du Président Français qui a  évoqué cette idée , au vu des réactions de la classe Politique Française et de certaines de mes connaissances , il m’apparait clairement que la simple évocation du concept de “Nation Française” suscite rejet et cris d’orfraie alors même que ses détracteurs en sont bien souvent les pur produits et de bien protégés sujets… On ne peut que regretter que sur le plan national, aussi bien qu’international, notre époque préfère mettre en avant l’individu pris en tant que tel et non en tant que personne sociale évoluant nécessairement avec et aux côtés d’autres personnes et qu’il est de bon ton de tout dire et son contraire. Sans la moindre rigueur morale, ni le simple respect envers les générations précédentes.

Il faut pourtant savoir apprécier cette notion de Nation Française et c’est mon cas.

Tout à côté des réalités glaciales du pouvoir « le plus froid des monstres froids » que le Gouvernement a pour mission de conduire, il y a nécessité de voir se poursuivre le roman de la France autour des idées qui l’illustrent, la constituent, la définissent même si elles sont contradictoires, même si elles sont « complexes ». Sortons enfin du BINAIRE ! Reconnaissons la complexité de notre héritage et de notre pensée comme par exemple ces couples contradictoires mais indissociables qui font partie de la légende : Louis XIV-Corneille, Napoléon-Chateaubriand, de Gaulle-Malraux.

Pourtant je ne suis pas un œcuméniste bon teint et ne suis pas forcément partisan de l’alliance des contraires, je ne suis pas non plus un nationaliste exacerbé, garde à vous main sur le cœur quand la Marseillaise se fait entendre. Mais pour moi cette notion de Nation Française « qui vient du fond des âges », qui est le produit de lentes ou spectaculaires transformations, fait sens en tant qu’idéal de référence grâce à ses penseurs et son extraordinaire capitale intellectuel et sa langue; me viennent à l’esprit ne seraient-ce que Montaigne, Molière, Victor Hugo, Voltaire, Zola, Mauriac, Gide, Montherlant, Aragon, Camus … j’en oublie tellement, tous ceux qui ont su créer l’intelligence, en exprimant non seulement le feu de l’âme française, mais son ardente passion de la justice, la quête fervente d’une civilisation idéale dans laquelle tous les hommes pourraient se retrouver. C’est la clé de l’universalisme français : créer les conditions d’une patrie pour tous les hommes. Je pense et j’espère que c’est ce à quoi fait allusion le Président dans son discours et pas à des crétineries de bas étage.

Ceci étant dit c’est assez étrange d’entendre ce mot Nation prononcé comme un Graal, alors que l’actuel président français est un européiste convaincu. Il s’appuie donc bien sur la Nation comme ferment de l’unité et comme protection d’un peuple. Or plus d’Europe c’est moins de nation. le jeune Président montre ici un peu plus qu’il est homme de paradoxe et de la complexité, du « en même temps ». Ce qui a tendance à me plaire.

Mais pour certains courants politiques, en France, les mots nation et patrie sont suspects, tout comme frontière…  Pour ce qui concerne la Nation je viens d’écrire plus haut  ce que j’en pense et je rajoute que je sais pertinemment que pour ceux qui soutiennent l’idée de « lutte des classes », la notion de Nation est dépassée ne serait-ce que du fait que le Grand Capital sait s’en affranchir sans problème  … Pourtant mon Père qui était de ceux là s’est fait un devoir de la défendre au moment où elle était occupée. En luttant pour sa Patrie et la Liberté, au péril de sa vie. Sans parler de l’apprentissage de la langue Française qu’il a conduit par la suite durant toute sa carrière d’enseignant auprès de centaines d’élèves, Hussard noir de la République qu’il était. Ce passé en héritage avec l’amour de la liberté de penser m’ont inculqué le respect de ce qui est grand, le respect du sens des mots et je lui en serai éternellement reconnaissant. Aussi et en dépassant ce cadre familial car il s’agit d’un exemple parmi mille, je ne foulerai jamais aux pieds le souvenir des sacrifices de cette Nation qui nous permettent aujourd’hui de vivre dans la Paix et l’espoir de Mondes meilleurs avec un esprit ouvert, mais je n’oublierai pas non plus que la rigueur est indispensable à l’analyse critique. Enfin, pour ce qui concerne les frontières, petite analogie : comment inscrire des données sur un disque dur d’ordinateur si on a pas préalablement formaté le disque dur par une mise en place de secteurs au sein desquels un format de codage permettra d’inscrire l’information ? Eh bien,  c’est tout simple : si il n’y a pas eu formatage il ne peut y avoir mémorisation de rien. Il n’y a pas de passé, il n’y a pas de présent et il n’y aura pas d’avenir …

Par-delà ses erreurs passées et parce qu’elle assure aujourd’hui  une très grande liberté de conscience à tous ses citoyens (permettant même à ses propres fonctionnaires de la critiquer tant et plus) , la Nation Française qui ne représente pourtant que 0,9 % de la population mondiale, a toujours été un phare culturel et un pôle d’émancipation des consciences. Mais ce n’est pas en crachant dessus qu’il sera possible de faire en sorte qu’elle le reste pour comprendre toujours mieux le Monde dans lequel nous sommes, avec des arguments tels que la liberté d’expression, la démocratie, les droits de l’homme, la justice et la raison!

Je n’oublie pas qui m’a nourri, qui m’a éduqué, qui m’a donné la liberté de conscience et l’esprit critique (et pas de critique). Je suis un pur produit de cette Nation Française et c’est pourquoi je suis toujours un peu « ennuyé » quand on la critique; ça me rappelle Ernest Renan (1823-1892) : dans une conférence de 1882 intitulée « Qu’est-ce qu’une Nation ? », qui pose comme critères de l’appartenance nationale, « le désir de vivre ensemble, la volonté de continuer à faire valoir l’héritage qu’on a reçu indivis. » Selon lui, « l’existence d’une nation est un plébiscite de tous les jours. » Je suis assez d’accord avec ça !

Voici à ce propos un document intéressant que j’ai découvert il y a peu de temps : un rapport du Sénat de 2015 sur la Nation Française : https://share.orange.fr/#Xe2EwHIyZe7032de854

Tout cela pour dire quoi au final ? Eh bien maintenant qu’on arrête de fustiger la Nation française, qu’ on arrête de se tirer une balle dans le pieds à longueur de temps, qu’ on arrête d’être cyniques et qu’ on croit un peu plus en les capacités de ce pays … pis c’est tout !

Publié dans Philosophons un peu, Politique | Laisser un commentaire

Un générateur de discours “langue de bois” informatisé sur Raspberry Pi

Des discours “langue de bois” j’en ai entendu un certain nombre !!! La langue de bois (appelée parfois humoristiquement xyloglossie ou xylolalie, du grec xylon : bois et glossa : langue ou λαλέω / laleô : parler) est une figure de rhétorique consistant à éviter de présenter une réalité par l’utilisation de tournure de phrase et d’expressions usuelles. C’est une forme de communication qui peut servir à dissimuler une incompétence ou une réticence à aborder un sujet en proclamant des banalités abstraites, pompeuses, ou qui font appel davantage aux sentiments qu’aux faits. Il s’agit moins d’impressionner l’interlocuteur en passant pour plus savant qu’on l’est que d’éluder le sujet afin d’éviter de répondre à une question ou un sujet embarrassant. La langue de bois est l’ingrédient de certains slogans, formules très générales, censées frapper les esprits et faciles à retenir, mais cachant une certaine obscurité de l’argumentation et des buts recherchés. Les hommes et femmes politiques sont souvent critiqués pour leur usage de la langue de bois. L’utilisation d’expressions clés permet de fournir un discours sans aborder le fond du sujet ; l’emploi des périphrases et des euphémismes usuels est alors particulièrement utilisé. Du point de vue rhétorique, on a affaire soit à une litote (« qui consiste à dire moins pour laisser entendre davantage »), soit à une métonymie (par exemple d’effets à cause ou de partie au tout.) Certaines expressions sont volontairement peu claires ou sophistiques afin d’éviter d’en présenter des détails.

Ce genre de discours peut facilement être généré de façon automatiques avec des listes de phrases type qu’on enchaine, ni vu ni connu. Le Vulgus Pecum est impressionné !!! On appelle cela un PIPOTRON. Des générateurs aléatoires, largement diffusés sur le net, permettent des restitutions saisissantes d’exemples de langue de bois. J’en ai trouvé un exemple décrit dans le tableau ci-dessous. Commencez par la case en haut à gauche, puis enchainez avec n’importe quelle case en colonne 2, puis avec n’importe laquelle en colonne 3, puis n’importe laquelle en colonne 4 et revenez ensuite où bon vous semble en colonne 1 pour enchaîner au hasard. Mais surtout, n’oubliez pas d’y mettre l’intonation et la force de conviction … On a vraiment l’impression que cela a du sens !!!

cours-langue-bois-ena

Alors pour faire suite à mon dernier article consistant à faire dire l’heure à mon ordinateur Raspberry Pi, je me suis dis qu’il devait être possible de faire parler l’ordinateur pour générer ce genre de discours “langue de bois”. Mais je n’ai pas choisi de le faire en voix de synthèse car il n’y aurait pas l’intonation et la force de conviction voulue. Donc je me suis enregistré en essayant de me prendre pour un homme politique qui joue de la flute (je suis assez doué pour ce genre de jeu …) et j’ai créé autant de phrases au format mp3 que celles qui sont dans chacune des cases du tableau ci dessus.(vous pourrez trouver ces enregistrements zippés à cette adresse dans mon Cloud Orange).

Ensuite j’ai injecté ces fichiers mp3, qui sont répartis en 4 sous dossiers G1, G2, G3 et G4 dans le dossier home/pi/pipotron de mon Raspberry. Puis j’ai programmé un script informatique pour faire en sorte que l’ordinateur aille chercher ces phrases de façon aléatoire, selon la règle indiqué pour le tableau ci-dessus.

Voici donc le détail de ce script en langage python  que j’ai intitulé discours.py et qui va chercher les  fichiers enregistrées préalablement au format mp3 dans 4 dossiers successifs de façon aléatoire pour composer une phrase au hasard.

Entrons dans PUTTY la commande

sudo nano discours.py

Puis dans l’éditeur  les codes suivants :

#!/usr/bin/env python

import os, random

def rndmp3 ():
   randomfile = random.choice(os.listdir(« /home/pi/pipotron/G1/ »))
   file = ‘/home/pi/pipotron/G1/’+ randomfile
   os.system (‘play -q ‘ + file)

rndmp3 ()

def rndmp3 ():
   randomfile = random.choice(os.listdir(« /home/pi/pipotron/G2/ »))
   file = ‘/home/pi/pipotron/G2/’+ randomfile
   os.system (‘play -q ‘ + file)

rndmp3 ()

def rndmp3 ():
   randomfile = random.choice(os.listdir(« /home/pi/pipotron/G3/ »))
   file = ‘/home/pi/pipotron/G3/’+ randomfile
   os.system (‘play -q ‘ + file)

rndmp3 ()

def rndmp3 ():
   randomfile = random.choice(os.listdir(« /home/pi/pipotron/G4/ »))
   file = ‘/home/pi/pipotron/G4/’+ randomfile
   os.system (‘play -q ‘ + file)

rndmp3 ()

Sauvegardons ces modifications par Ctrl X, puis rendons ensuite ce script exécutable :

sudo chmod 755 discours.py

Testons cette nouvelle commande en tapant ./discours.py

Ahahah c’est trop marrant! Mais cela ne prononce qu’une phrase, or, le tableau indiqué plus haut permet d’enchainer jusqu’à 7 phrases composées au hasard en piochant dans les colonnes 1 à 4. Donc on va créer un script bash nommé pipotron.sh pour exécuter ce script discours 7 fois de suite.

Entrons dans PUTTY la commande :

sudo nano pipotron.sh

Puis dans l’éditeur  les codes suivants :

#!/bin/bash
i=0
p=7

while [ $p -ne $i ]
do

./discours.py

i=$(($i + 1))
done

Sauvegardons ces modifications par Ctrl X, puis rendons ensuite ce script exécutable :

sudo chmod 755 pipotron.sh

Et voilà ! Lorsqu’on lance la commande ./pipotron.sh le raspberry énonce un magnifique discours en langue de bois. Ma foi, je n’aurai pas fait mieux !!!  Ecoutez ça ici j’ai sauvegardé pour vous un exemple de discours prononcé par le raspberry. On distingue un léger silence entre chaque élément de phrase. Mais c’est pas mal du tout ! Alors bien sûr on peut aussi faire générer le discours avec une voix de synthèse mais c’est moins “naturel”. Voici le script que j’ai conçu pour cela et intitulé ditmessage.sh et qui exploite le script dit.sh que j’avais déjà décrit dans un article précédent :

Entrons dans PUTTY la commande :

sudo nano ditmessage.sh

Puis dans l’éditeur  les codes suivants :

#!/bin/bash
i=0
p=7
while [ $i -ne $p ]; do
tableauG1=(‘je reste fondamentalement persuadé que’ ‘dès lors sachez que je me battrai pour faire admettre que’ ‘par ailleurs sè en toute connaissance de cause que je peux affirmer aujourdhui que’ ‘je tiens à vous dire ici ma  détermination sans faille pour clamer haut et fort que’ ‘jai depuis longtemps aije besoin de vous le rappeler défendu lidé que’ ‘et sè en toute conscience que je déclare avec conviction que’ ‘et ce nè certainement pas vous mes chers compatriotes qui me contredirez si je vous dis que’)
message=${tableauG1[$RANDOM%${#tableauG1[*]}]}
./dit.sh « $message »
tableauG2=(‘la conjoncture actuelle’ ‘la situation dexclusion que certain dentre vous connaisse’ ‘lacuité des problèmes de la vie quotidienne’ ‘ la volonté farouche de sortir notre pays de la crise’ ‘ leffort prioritaire en faveur du statut des exclus et migrants’ ‘ le particularisme dû à notre histoire unique’ ‘ laspiration plus que légitime de chacun au progrès social’ ‘la nécessité de répondre à votre inquiétude journalière que vous soyez jeunes ou vieux’)
message1=${tableauG2[$RANDOM%${#tableauG2[*]}]}
./dit.sh « $message1 »
tableauG3=(‘doit sintégrer à la finalisation globale’ ‘oblige à la prise en compte encore plus effective’ ‘interpelle le citoyen que je suis et nous oblige tous à aller de lavant dans la voie’ ‘a pour conséquence obligatoire lurgente nécessité’ ‘conforte mon désir incontestable daller dans le sens’ ‘doit nous amener au choix réellement impératif’ ‘doit prendre en compte les préoccupations de la population de base  dans lélaboration’ ‘entraine une mission somme toute des plus exaltantes pour moi sè a dire lélaboration’)
message2=${tableauG3[$RANDOM%${#tableauG3[*]}]}
./dit.sh « $message2 »
tableauG4=(‘dun processuss allant vers pluss dégalité’ ‘dun avenir sorientant vers pluss de progrès et pluss de justice’ ‘dune restructuration dans laquelle chacun pourra enfin retrouver sa dignité’ ‘dune valorisation sans concession de nos caractères spécifiques’ ‘dun plan correspondant véritablement aux exigences légitimes de chacun’ ‘de solutions rapides correspondant aux grands axes sociaux prioritaires’ ‘dun programme plus humain, plus fraternel et plus juste’ ‘dun projet porteur de véritables espoirs, notamment pour les plus démunis.’)
message3=${tableauG4[$RANDOM%${#tableauG4[*]}]}
./dit.sh « $message3 »
i=$(($i+1))
done

Cela fonctionne parfaitement ! Alors, amis programmeurs, à vous d’adapter les phrases en fonction de vos élucubrations !!!

Publié dans humour, Informatique, Programmation, Raspberry Pi | Laisser un commentaire

J’ai fabriqué une horloge parlante !

Pour occuper les soirées pluvieuses de cet hiver, rien de mieux que la programmation… Je me suis dit “ tiens et si je fabriquais une horloge parlante ?” !!!! Avec un ordinateur Raspberry Pi, quelques composants annexes, et un peu de codage sous l’environnement LINUX c’est relativement facile et c’est gratuit !! Je vais vous expliquer comment j’ai procédé et je vais mettre à votre disposition tous les éléments logiciels que j’ai créés. Donc même ceux qui ne comprennent rien à la programmation devraient pouvoir réaliser ce projet.

Tout d’abord il nous faut un Raspberry Pi. N’importe lequel de préférence. Moi j’avais sous la main un Raspberry Pi 3 fonctionnant sous le système d’exploitation Raspbian Jessie et c’est sur celui-ci que j’ai maquetté mon horloge parlante. Pour programmer à distance le Raspberry Pi il faut aussi un PC Windows sur lequel il faut préalablement installer le logiciel PUTTY que l’on peut télécharger gratuitement sur ce site. Par son entremise et grâce au réseau WIFI de la maison je peux accéder en mode “Terminal de commande” au Raspberry et télécharger dans son système tous les éléments utiles à savoir  les programmes pour le faire parler (qu’on trouve sur Internet gratuitement), les sons  et les scripts de commande.

Screenshot (22h 33m 33s)

Pour accéder au Raspberry, pour le programmer via PUTTY,  il faut préalablement connaître son adresse IP sur votre réseau local. En effet chaque fois qu’on met en marche le Raspberry PI, si il est connecté au réseau soit par un câble Ethernet, soit en Wifi, le réseau Internet lui octroie une adresse. Cette adresse étant attribuée dynamiquement à chaque mise en marche du PI, elle change et donc il faut un moyen de la connaître. L’adresse IP typique est de la forme 192.168.1.xy   xy change à chaque fois pratiquement. Un autre logiciel sur votre PC va permettre de la connaître. Personnellement j’utilise le logiciel Advanced IP scanner que l’on trouve sur ce site.

Screenshot (00h 19m 54s)

Ensuite, pour se connecter via PUTTY il faut donc rentrer l’adresse IP du Raspberry puis indiquer l’identifiant et le mode de passe de votre Raspberry. Le plus souvent si vous n’avez rien modifié ce sera :

login as: pi

password: raspberry

Screenshot (00h 24m 02s)

 

Ensuite quels sont les éléments logiciels permettant de faire “parler” le Raspberry Pi ? J’ai cherché sur Internet et sur ce site, j’ai trouvé l’idée de départ. La revue Linux Magazine France propose un script qui fonctionne très bien mais je l’ai modifié à ma convenance. Il faut donc préalablement charger sur le Pi quelques programmes gratuits. J’ai utilisé les programmes pico2wave, sox et play . pico2wave permet de créer un fichier son à partir d’un texte, avec une voix synthétique en français, sox permet de transcoder le fichier son en mp3, afin que le programme play le joue sur son connecteur de sortie son (brancher un ampli ou des écouteurs pour entendre).

On passe à l’installation du programme Pico2wave. l’installation ne pose pas de problème particulier. Il faut entrer via PUTTY la commande suivante:

sudo apt-get install libttspico-utils

Puis on passe à l’installation du programme sox en entrant la commande suivante via PUTTY :

sudo apt-get install sox

Une fois ces opérations réussies, il faut créer le script ci-dessous via PUTTY en mode commande. J’ai créé ce fichier sur mon Raspberry en l’intitulant  dit.sh

Pour le créer j’entre via PUTTY la commande suivante :

sudo nano dit.sh

Ensuite, une fois dans le mode éditeur, ajoutez ces lignes dans le fichier :

#!/bin/bash

pico2wave -l fr-FR -w /tmp/test.wav « $1 »
sox /tmp/test.wav  -r 48k /tmp/test.mp3 pitch -300
play -q /tmp/test.mp3 pitch –100
rm /tmp/test.wav
rm /tmp/test.mp3

Puis enregistrez ce que vous venez de faire grâce à la commande  (CTRL X)

Bon. Alors que fait ce petit programme ? Tout d’abord il utilise le programme pico2wave qui crée un fichier test.wav (dans le paramétrage de pico2wave il faut utiliser fr-FR pour que le RasPi s’exprime dans la langue de Molière.) , le fichier .wav est transcodé  en mp3 avec le programme sox, lu avec le programme play puis les fichiers test.wav et test.mp3 sont supprimés. $1 représente la phrase que vous passerez en paramètre sur la ligne de commande.

Rendez le script dit.sh exécutable grâce à la commande :

sudo chmod 755 dit.sh

Voilà ! Maintenant si vous entrez dans PUTTY la commande :

./dit.sh “je suis le roi des programmeurs”

Vous pourrez entendre le Raspberry Pi prononcer cette phrase à haute voix!!! C’est magique ! Mais maintenant comment transformer ça en Horloge parlante ??? Il faut être capable de connaître l’heure du PI, puis de la dire à un ou à des moments convenus. Comment faire ? Il faut encore là aussi, programmer un nouveau petit script. On va l’appeler Horloge.sh

Pour le créer j’entre via PUTTY la commande suivante :

sudo nano Horloge.sh

Ensuite, une fois dans le mode éditeur, ajoutez ces lignes dans le fichier :

#!/bin/bash
# prononcer l’heure courante
H=$(date +%k)
./dit.sh « $H » »heure, et »
M=$(date +%M)
./dit.sh « $M » »minute »

#Faire sonner le son du carillon autant de fois  que nécessaire
i=0

if test $H -gt 12
then
i=12
fi

while [ $i -ne $H ] ; do
  play -q /home/pi/Carillon.mp3
  i=$(($i + 1))
done

if [ $H -eq 0 ] && [ $M -eq 0 ]
then
i=11
while [ $i -ne $H ] ; do
  play -q /home/pi/Carillon.mp3
  i=$(($i – 1))
done
fi

Puis enregistrez ce que vous venez de faire grâce à la commande  (CTRL X)

Rendez le script Horloge.sh exécutable grâce à la commande :

sudo chmod 755 Horloge.sh

Bon. Alors que fait ce petit programme ? Je vous passe les détails de la syntaxe du langage de programmation. Il injecte dans les variables H et M l’heure et la minute courante telles que le PI la connait (le PI se met automatiquement à l’heure via Internet). Puis il prononce l’heure et la minute du style 17 heures 35 minutes en utilisant le script dit.sh généré en début de cet article. Le programme attend que la phrase complète se termine puis, et c’est un petit plus de mon cerveau, il fait sonner un carillon Dong, Dong, Dong autant de fois que nécessaire, en utilisant un son de carillon au format mp3 que j’ai chargé dans sa mémoire. Vous pouvez vous aussi utilisez ce son car je vous l’ai mis en téléchargement sur mon CLOUD Orange ici. (Mais vous pouvez utiliser n’importe quel son de votre choix.)Alors vous allez me dire comment faire pour mettre un son mp3 dans un raspberry Pi ? Pour cela j’ai utilisé le programme WinSCP téléchargeable gratuitement sur ce site. Il permet pas mal de chose et entre autres d’injecter des dossiers et fichiers de toutes sortes de son PC à son Raspberry dans le dossier qui va bien sur la carte SD qui contient le système d’exploitation du Raspberry. Moi je l’ai mis mon son Carillon.mp3 dans le dossier /home/pi/ …  Voilà, voilà. Bon c’est pas tout ça mais comment faire pour que le Raspberry active ce script Horloge.sh de façon régulière pour le transformer en une Horloge parlante digne de ce nom? il faut avoir recours à la crontab pour automatiser … c’est un outil interne au système LINUX qui permet de lancer des applications de façon régulière dans son Raspberry. Il faut accéder à cette Crontab et la paramétrer par exemple comme ceci pour dire l’heure toutes les 15 minutes :

Via PUTTY, rentrez la commande :
sudo crontab -e

puis entrez
*/15 *  *  *  * bash /home/pi/Horloge.sh

Voilà. Et là, miracle. Toutes les 15 minutes mon Raspberry prononce l’heure et sonne les cloches !!! ça fonctionne tellement bien que ça finit par être pénible… Du coup je décide de ne  faire sonner les cloches que à l’heure pile. Donc je vais modifier mon script Horloge.sh comme suit :

#!/bin/bash
# prononcer l’heure courante
H=$(date +%k)
./dit.sh « $H » »heure, et »;
M=$(date +%M)
./dit.sh « $M » »minute »;

#Faire sonner le son du carillon autant de fois  que nécessaire à l’heure pi$
i=0

if test $H -gt 12
then
i=12
fi

if test $M -eq 0
then
play -q /home/pi/IntroBigBen.mp3;
while [ $i -ne $H ] ; do
play -q /home/pi/Carillon.mp3;
i=$(($i + 1))
done
fi

if test $M -gt 0
then
i=$(($H – 1))
while [ $i -ne $H ] ; do
play -q /home/pi/Carillon.mp3;
i=$(($i + 1))
done
fi

if [ $H -eq 0 ] && [ $M -eq 0 ]
then
i=11
while [ $i -ne $H ] ; do
  play -q /home/pi/Carillon.mp3;
  i=$(($i – 1))
done
fi

Pour terminer, voici une petit script supplémentaire qui permettra à votre Raspberry, de vous dire à chaque démarrage, la date du jour, son adresse IP et un petit bonjour. Ce code doit être implanté dans le fichier rc.local qui se trouve dans le dossier etc du Pi. En effet, quand le PI fonctionne avec le système d’exploitation Raspbian Jessie il faut savoir qu’il lance au démarrage les commandes qui sont dans ce fichier rc.local (Attention ceci n’est plus vrai dans les nouvelles versions de Raspbian):

Pour modifier le contenu de rc.local j’entre via PUTTY la commande suivante :

sudo nano etc/rc.local

puis entrez les commandes suivantes :

#!/bin/sh -e
#Règle le volume du speech
amixer sset ‘PCM’ 100%
# Dit la date courante
d=$(date)
/home/pi/./dit.sh « Nous sommes le » »$d »
#Prononce l’adresse IP courante
IP=$(hostname -I)
/home/pi/./dit.sh « Mon adresse IP est » »$IP »
# Dit Bonjour
/home/pi/./dit.sh « Je vous salu les amis.Jespère que vous allé bien? Je suis à votre disposition”

exit 0

Voilà voilà… Tout cela fonctionne parfaitement bien … C’est tout pour aujourd’hui ! On s’est bien amusé …

Publié dans Informatique, Programmation, Raspberry Pi | Laisser un commentaire

Les longues journées d’hiver je bricole …

Voici mon dernier projet en tant que fana des objets à la mode « SteamPunk » et de l’ordinateur Raspberry Pi :

DSCF2630

Cette dernière version a été améliorée par rapport à mes premières créations :

– Système d’exploitation Raspbian JESSIE
– interface KODI Krypton v7.3
– Vidéo surveillance KERBEROS
– Synthèse de paroles en Français

J’ai assemblé le PI et son écran à l’intérieur d’une boite en bois acheté chez CULTURA, vernie et agrémentée de quelques décorations. La mini caméra du PI a été laissées à l’extérieur dans un petit espace spécialement aménagé, avec une vielle optique d’appareil photo à l’avant pour faire plus vieillot. Le tout a été mis sur un vieux pieds de lampe ! Pour l’instant j’ai construit un amplificateur externe au boîtier du Raspberry Pi. J’ai récupéré un circuit d’amplificateur dans une vieille télévision, le cornet d’une vieille trompette, un allumeur de briquet qui me sert d’interrupteur, une vielle boîte de cigares et j’ai assemblé le tout.

DSCF2622 DSCF2623

Quand j’aurai trouvé un tout petit haut parleur et un circuit d’ampli miniaturisé j’intègrerai le tout dans la même boite, ce sera plus « clean » qu’en deux boitiers distincts.

J’ai positionné également une vieille loupe à l’avant de l’écran. J’aime bien les vieilles loupes. ça me fait penser à Jules Verne et à Nadar. L’époque d’où la mode Steam Punk est tirée justement …

DSCF2636 DSCF2635

 

Alors cette petite machine peux faire pas mal de choses ( le capitaine NEMO aurait trouvé ça génial !) Je peux accéder à l’interface de la surveillance vidéo via mon navigateur Web en entrant l’adresse IP du Raspberry, je peux faire parler le Raspberry en lui envoyant des textes. Sa voix de synthèse lit le texte ! Une horloge parlante me dit les heures toutes les 10 minutes. Je peux écouter mes musiques préférées ou voir mes images et mes films via l’interface de KODI et 2 clés USB bien chargées … L’utilisation d’une carte Raspberry 3 qui possède un circuit  WiFi me permet même d’accéder à mes vidéos stockées dans YOUTUBE ET DAILY MOTION ou à des Web Radios ! Mais elle ne fait pas encore le café !!! ( à étudier …)

Si vous voulez le même objet il y a 2 aspects à prendre en compte: le matériel ET les logiciels. Alors voyons cela :

Pour le matériel il suffit d’un ordinateur Raspberry 3 (34 Euros) , d’un écran PIMORONI HyperPixel  3.5″ Hi-Res Display (acheté ici pour 40 livres) et de quelques heures de bricolage pour intégrer le tout dans un boîtier à la mode « steampunk ». J’ai laissé aller ma créativité et  dremel est mon amie…

Pour le logiciel, qui apporte la véritable touche de magie j’ai assemblé plusieurs programmes (gratuits c’est la magie de l’environnement LINUX) :

– le système d’exploitation Linux RaspBian JESSIE ( téléchargé ici )
– les pilotes de l’écran miniature (téléchargés ici)
– l’interface Homme / Machine KODI pour le Multimédia que j’ai téléchargé sur ce site ici
– pour la synthèse de parole j’ai programmé un script basé sur les programmes pico2wave, aplay et sox. Je me suis inspiré des éléments trouvés sur ce site et j’ai passé tout un après midi à programmer avec mon petit cerveau en essayant des trucs et des machins jusqu’à ce que j’obtienne ce que je voulais ! Oui parce que le truc N°1 c’est d’avoir des idées Clignement d'œil
– pour la télésurveillance j’ai choisi l’environnement KERBEROS dont j’ai trouvé les éléments sur ce site. Vachement balaise ! Il détecte automatiquement les mouvements dans le champs de la caméra.

DSCF2627
Alors si vous souhaitez faire exactement la même chose sans vous compliquer l’existence du point de vue des logiciels et configurations utilisées je peux vous proposer une image toute prête de ma carte SD contenant tout ça pré-configuré. Il vous suffira de la cloner sur une carte micro SD à l’aide du programme Win32 Disk Imager qu’on trouve facilement sur Internet… Le seul problème est qu’elle “pèse” 16 Giga Octets ! Donc je ne peux pas la mettre à disposition sur Internet. Ecrivez-moi.

En fait le plus marrant a été de construire cet objet improbable ! Je me suis bien amusé à assembler tous ces éléments.Complètement “fada” le gars !!! Mais le plus incroyable : TOUT FONCTIONNE à merveille !!!

DSCF2631

Voilà ! Alors A+ les Ados !!!

Publié dans bidouillage, Informatique, Raspberry Pi, SteamPunk | 2 commentaires

Encore une virée en VTT !

On en profite avant l’arrivée du mauvais temps et des froidures. En ce 8 Novembre 2017 avec Dédé, Henri, Big et mon frérot Gilles, on se fait une petite sortie en VTT dans les bois environnants, tout jaunis par l’Automne et la sècheresse. Cette sècheresse m’inquiète. Je n’ai jamais vu les champs dans cet état, du moins à cette époque de l’année. La bonne terre grasse du Nord Dauphiné s’est transformée en sable ! Bon en tout cas nous profitons quand même de cette belle nature pour nous aérer les poumons et faire un peu d’exercice. Voyez plutôt en cliquant sur l’image ci-dessous la vidéo qui reflète bien l’ambiance de ce moment entre amis. Par contre il y a souvent un bruit de fond, comme un souffle rauque et bestial!

20171108_150511

70390F68-1992-499E-8403-84D6B934079F

DédéetHenri1

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire