For or against Modernity?

Thanks to any reader able to help me translate into English my previous post “Pour ou contre la Modernité”. I have used an automatic translator site https://www.deepl.com/translator to begin the translation and I find it rather good. Let’s have now some  critics !

The idea for this text came to me as I wondered why modernity seems to have deserted the minds of many people. While our modern age is one in which the values of progress, communication and reason triumph, we are witnessing the resurgence of fundamentalisms aimed at making religion the keystone of our social organizations. The demands to place religious fact and scientific truth on an equal footing are multiplying: scientific truth would be a belief like any other… Not to mention the 9% of French who, as I write this text, believe « that the Earth may be flat and not round as we have been told since school »! It seems that scientific culture is being increasingly mistreated. Are we not witnessing a weakening of modern thought?
Apart from the simple ignorance which is the first of all evils, it seemed to me that one of the factors of this rejection could be quite simply Cultural. Thus, it cannot be said that the simple principle of Secularism, on the grounds that it is constitutional, is enough to smooth out with a snap of the fingers deep cultural differences and determinisms rooted in centuries. With on the one hand centuries of intellectual fights, self-criticism and science, not always triumphant but liberating, and on the other hand centuries of conjugation of a single word that totally obliterates all forms of contradiction… How then can we make the critical diversity that our Western philosophical, literary and scientific culture has enabled us to admit and think as universal? This culture that taught us to accept complex and contradictory thinking. This culture that has brought us through successive extraordinary confrontations, freedom of speech and expression and ultimately produced the Democracy that flows directly from it. It is probably not so easy in some countries, I think in particular of some Muslim countries, where today the only thought which predominates, suffocates all the others, and where a return towards a nostalgic Arabism of a religious fundamentalism mythified, but retrograde, does not facilitate the expression of its youth. This is a pity because since ancient times, when you were a scholar, you had to know how to speak 3 languages: Greek, Latin and… Arabic.
the Arab left us many concepts, including zero and many words and poems. As early as the 8th century there existed a school of Muslim theology, mutazilism, which rejected all religious dogmatism. Based on logic and rationalism, inspired by Greek philosophy and reason (logos), scientific research and philosophy had a predominant place. Indeed, it was Arab-Muslim scientists, the « modern » scientists of this ancient era, who helped to structure mathematics in the arithmetic of algebra geometry. The other disciplines they have contributed strongly to develop are medicine, botany, zoology, agriculture, physics, chemistry, optics, geography and astronomy, ahead of several centuries several discoveries made by European scientists. This approach clearly regressed from the 13th century onwards the Muslim tendencies of the time, considering that divine revelation did not have to be subjected to human criticism, prohibiting religious doubt in Islam. Strongly criticized by the Salafist and Wahhabi currents, mutazilism is today poorly represented in the Muslim community, although it was once a majority current.  Do Muslim philosophers and scientists still exist in their countries of origin today? Are there still « modern » ones? Where are they? Where are they hiding? What are they inventing? I believe that the brain drain is the only way out… Because, in my opinion, and although federating, the religious tendency that has taken over in these countries, has in its most fundamentalist form, erased Muslim philosophy in favour of mysticism and killed in the bud a modernity that only asked to express itself. I will fight to prevent this from happening to us, because this movement is developing like a cancer. That is why I wish Salafism to be considered as a sectarian aberration to be fought  in my Country. (And elsewhere…)

So, this « Modernity » to which I flatter myself to belong, why is it of universal interest? I will try, by placing the scientific approach at the heart, to dissect what I think best characterizes it…
First of all, if I don’t feel proud (there is no merit in being born somewhere) I must say that I feel somewhat lucky to have been born in the West, for the simple reason that the advent of science is an event that has taken place in the West in just a few centuries and has never happened anywhere else at such a level. Indeed, discoveries from other civilizations have never constituted a structured body of knowledge, based on the implementation of a single experimental method, expressed in the form of a formal system of mathematically stated laws.  But, let us specify the terms of our subject : The term « science » is borrowed from the Latin verb « scire » (« knowledge ») which gave scientia, meaning « knowledge », in the broad sense, especially « scientific knowledge », taking the meaning from the Greek épistemè, « theoretical knowledge ». Science refers first to a skill provided by knowledge combined with skill, and will later denote knowledge acquired on a more delineated object of study. Science will increasingly designate a perfect, precise, rigorous knowledge, increasingly concerned with formalism. The modern scientific mentality has gradually been forged, increasingly reinforced in the sense of its universality by the succession of theoretical and practical successes that it continues to record. As a European, as a Westerner I confess that I feel strong from all these successes and all his knowledge that have made our societies modern societies!

For a long time, science was purely and simply assimilated to philosophy, insofar as the latter, through the logical clarification of thought and the systematic search for truth, implied a process of rupture with opinion (doxa), i.e. the set of « préjugés » that we usually take the place of thought. So much so that among Greek philosophers like Plato or Aristotle philosophy is science, true and authentic knowledge , because it set itself the project of reaching the world of eternal, immutable Ideas, in order to escape the deceitful and corruptible world of appearances, illusion and error. This idea has been integrated into our educational corpus. With this sentence: « abducere mentem a sensibus » (çd in good English « to detach one’s mind from the senses ») as early as the 17th century (i.e. 8 centuries after the Mutazilist Arab scholars), Descartes laid the foundations of a method making it possible to account for nature in mathematical language and to free oneself from the temptations stemming from our bodily nature, our inclinations, our received ideas. Nietzche’s beautiful phrase also reminds us: « Probity as a philosophical virtue is the ability to look at reality coldly, without projecting one’s desires and dissatisfactions into it. « Finally, generations of Western students have come to admit that no reliable, that is, undoubted, knowledge can come only from our senses and beliefs. We need objectivity and that is where the interest of Science lies, which, rooted in philosophy, is thus at odds with all the préjugés and opinions received since our early childhood. Scientific statements describe reality; other statements, whether metaphysical, theological or poetic, only express emotions. Thus, by entering the modern era, the sciences have become autonomous disciplines that do without theology. They have profoundly changed our consciousness of ourselves and our place in the universe. Because the objectivity of scientific knowledge wants to replace the subjectivity of opinion, indemonstrable and indemonstrated, arbitrary and gratuitous. Because science wants to seek causes and first principles, and it is in this capacity that it can legitimately claim the mission of unifying the totality of knowledge, well founded by a precise formalism expressed by mathematical laws. Thus, a theory is scientific only if its statements are likely to be subjected to experimental protocols capable of showing its truth or falsity, based on demonstrations, and by the widespread use of the mathematical tool.
Science is open to criticism and scientific knowledge and methods are always open to revision, which by definition is non-dogmatic.  That is why the knowledge of science is universal, as is the criterion for distinguishing science from any other discourse. Scientific culture is therefore not a cultural sector like any other. This culture and its knowledge cannot be dependent on the interpretation of this or that community. Consequently, science is logically opposed to religion (which refers to a « revealed truth », that is, to a « dogma »), and to any other « knowledge » incapable of being founded on reason.
Also, the rational that I wish to be most often, follows the motto proclaimed by Descartes, according to which modern man should want to make himself, by the indefinite development of science, « as master and possessor of nature ». And yes, definitely! Let’s have no limits! I don’t fear God and his different avatars! As for eternal silence, from infinite space, it does not frighten me, it questions me! For no statement can be made as the last, as the ultimate conclusion, to the point of being exonerated from having to justify itself. Through our questions we are becoming more and more capable, to submit to analysis the economic, social and strategic conjunctures, to foresee their consequences, to discover the conditions necessary to control our future, transforming the real and the World… I have moreover fully adopted these sentences of Jean Jaurès:
« … What must be safeguarded above all, what is the priceless good conquered by man through all prejudices, all sufferings and all struggles, is this idea that there is no sacred truth, that is to say forbidden to the full investigation of man..; it is this idea that the greatest thing in the world is the sovereign freedom of the spirit; it is this idea that no power, internal or external, no power and no dogma should limit the perpetual effort and the perpetual search for human reason ; This idea that humanity in the universe is a great commission of inquiry whose no governmental intervention, no celestial or terrestrial plot must ever restrict or distort operations; this idea that any truth that does not come from us is a lie..; that even in the adhesions that we give, our critical sense must always remain alert and that a secret revolt must mix with all our affirmations and all our thoughts; that if the very idea of God were to take a palpable form, if God himself were to rise up, visible, on the multitudes, man’s first duty would be to refuse obedience and to treat him as the equal with whom one discusses, but not as the master one undergoes. »

For me, it is above all to be modern: the struggle against the arbitrariness of authority, against prejudices and against the contingencies of tradition with the help of reason… That is why I will never thank the Republican school enough for having taught me Mathematics, Physics, rigour, the logic of reasoning. This rationalism gave me great strength to decipher reality and did not obliterate my imagination, quite the contrary. It galvanizes me and I try to understand what surrounds me. And thanks to the help of a whole arsenal of thinkers who before me have been confronted with the great questions, my reasoning is implacable, systemic and liberating.  For example, I know that the Earth is round not because I believed those who say it, but because I learned and understood the real causes that shaped the planet and those around it. To take two other examples, if the atom and quantum physics were only simple beliefs, it would also be necessary to explain by which succession of « miracles » it was possible to conceive lasers. If lasers exist and work, isn’t this an indication that there is a little « truth » in the physical theories from which they were conceived? Isn’t this retrospective evidence that Planck, Einstein and others did understand the interactions between light and matter? It would be difficult to explain why physical theories, such as quantum physics or relativity theory, « work » so well if they say absolutely nothing true. This does not make me a fundamentalist of Science because Science is not a belief, nor do I consider it the secular religion of progress. Thinking and believing are irreducibly different in nature.

On the other hand, I cultivate the Art of being right, I track down the defect of reasoning, I look for the « little beast »…  I am attentive to those who falsify reality with the help of wobbly and pseudo-scientific demonstrations. That is why I have always had difficulty understanding the speech of some priests. Not that I don’t respect their belief, after all. Not that I do not respect their belief, after all everyone thinks what he wants, but rather because their speeches most of the time seem to me incoherent and unfit for the good conduct of reason.  I had the example again recently at a Wedding to which I was kindly invited and where I had the opportunity to hear a deductive reasoning that seemed to me quite lax… The parish priest said « God is Love. We love each other. So God exists! » This is a typical example of an inverted reasoning where the Priest took effect for the cause by initially admitting what he then wanted to prove. But through repetition, words of call, inductive expressions, the rhythmization of his gestures, his message creeps into us as an absolute truth. This manipulation is classic but in the Church no one has thought to question the parish priest. I did not flinch either because, I agree completely, on the pretext of being rational one cannot be uncompromising all the time, especially when one is kindly invited! The World would be unbearable! As Voltaire said « Peace is sometimes better than the truth »… However, a man who knows that his species has not stopped evolving and that the universe is at least 13.7 billion years old does not think the same way as another who believes hard as iron that he was created as it was in six days in a universe that would only be six thousand years old….

 
Anyway, and despite all the knowledge acquired or because of it, despite all this modernism, I am more and more aware of the abyss of deep ignorance in which I find myself. It also seems to me that modernity has very dark aspects.   It comes to my mouth a taste of ashes and discouragement… For example I note with dismay that the rejection of science by some is not incompatible for them with a compulsive use of new technologies. In short, we can use science while considering that it has no value! This is crazy. We’re swimming in schizophrenia! Also, modernity is the root of the ecological crisis we are going through, it has pushed man to overexploit the natural resources of the planet. It is inseparable from an outrageous liberalism of product markets, inseparable from the accumulation of capital in an ultra-competitive labour context; it is inseparable from the control of information and social surveillance; it is inseparable from industrialization, in particular that of war. And yes! Unfortunately and tragically, modernity also lies in the exponential development of technology and the corresponding growth of the means of destruction.
Finally, there is the risk today that our civilization, left to its own movement, will move towards an ever greater mastery of technology for the sake of mastery, without telling us precisely which values should guide us in the use of this mastery. And besides, about values, about the meaning of life it seems that with all our modernism we are no more advanced than Socrates, Plato or Aristotle two thousand five hundred years ago. Indeed, « How, in spite of this accumulation of positive knowledge that our times prevails, man has never known who he was. Wouldn’t it then be appropriate, in the face of this growing void of abstraction, to return to other modes of knowledge? « This sentence gleaned from my readings creates a disturbance in my mind, I confess very willingly. I knew intuitively and could not admit it but as for the fundamental questions and the meaning of life (Who am I, where am I going, where am I running, in what state I am in…), science is silent, it has nothing to say to us, niente, nada, nails! The man who suffers from the fact that meaning has deserted his existence, who is exposed to the anguish born of an interrogation on the ultimate ends of his existence, can find a priori no help from this side… There I am less proud! How to reason in these cases? Even if knowledge brings lucidity and logic, science can teach us nothing about the meaning or nonsense of our life! Such is the tragedy of modernity: it seems that the ends are lacking. the universal that science brings to light is, by essence, incomplete. But let’s not give up, let’s remain deliberately optimistic! I want it as proof that when a scholar or at least a knowing person answers a question in the field of values, if he speaks as a simple citizen, or as a moral subject, or even as a believer, I believe that his training can – sometimes – help him to be more consistent and more clairvoyant than his neighbours…

In any case, even if there are many other ways of relating to the world and to others than the mathematical model, based on the absolute prevalence of measurable; (for is everything « measurable »?), scientific culture seems to me consubstantial to the secular spirit since its expression is by essence non-dogmatic. Moreover, because of its universalism and fragility, like Democracy, this precious good should be considered a matter of State. Beware therefore of children who have dropped out of school in sensitive neighbourhoods without any control on the part of the authorities because they are the seeds of terrible setbacks. Through faultless mediation, the scientific method and the associated intangible capital must absolutely and resolutely be made available in an appropriate manner to all sections of the population, in particular to young people. Children must be taught basic skills that will later enable them to think for themselves. Just as we have access to water and electricity. It is not, however, a question of transforming the proponents of Modernity and therefore of Science into Great Priests because the State does not have a magic behaviour that would enable us to ask it to foresee everything, to predict everything. We would fall back into our ancestral wanderings with great self-proclaimed « scientists » prophesying before the multitude who pray before pale screens while waiting for tomorrow’s singing…
That is why I believe rather in what André Malraux reminds us of this sentence: « Culture is not inherited, it is conquered (…) What must unite us is the object of this conquest ». Against obscurantism, against all obscurantism so that the principles of human emancipation are always better expressed.  Finally, I will quote the great Victor Hugo: « The only goal of Science is to be immensely joyful »…
To conclude, I believe that modernity proceeds from this emancipating line and from this Joy. If I had the chance to have this choice I know that it has its limits and that our quest for knowledge remains an unfinished project!  So let’s stay philosophers. And let us enjoy our conscience and our short life in complete freedom…

Publicités
Publié dans War against modernity | Laisser un commentaire

Pour ou contre la Modernité ?

  modernité

 L’idée de ce texte m’est venue alors que je me demandai pourquoi la modernité semble avoir déserté l’esprit de pas mal de gens. Alors que notre époque moderne est celle où triomphent les valeurs de progrès, la communication, la raison on assiste à la résurgence de fondamentalismes visant à replacer la religion en clef de voute de nos organisations sociales. Les revendications visant à placer fait religieux et vérité scientifique sur un plan d’égalité se multiplient : la vérité scientifique serait une croyance comme une autre … Sans parler des 9 % de français qui au moment même ou j’écris ce texte,  croient « possible que la Terre soit plate et non pas ronde comme on nous le dit depuis l’école » ! Il semble bien que la culture scientifique se trouve de plus en plus malmenée. N’assistons-nous pas à un affaiblissement de la pensée moderne ?

En dehors de la simple ignorance qui est le premier de tous les maux, il m’a semblé qu’un des facteurs de ce rejet pouvait être tout simplement Culturel. Ainsi, on ne peut pas affirmer que le simple principe de Laïcité, au motif qu’il est Constitutionnel suffit à aplanir d’un claquement de doigts des différences culturelles profondes et des déterminismes enracinés dans les siècles. Avec d’un côté des siècles de bagarres intellectuelles, d’autocritique et de science pas toujours triomphantes mais toutefois libératrices et de l’autre des siècles de conjugaison d’une parole unique qui oblitère totalement toute forme de contradiction … Comment faire alors pour faire admettre et laisser à penser comme universelle la diversité critique que nous a permis notre culture philosophique, littéraire et scientifique occidentale ? Cette culture qui nous a appris à accepter la pensée complexe et contradictoire. Cette culture qui nous a amené par d’extraordinaires confrontations successives, la liberté de parole et d’expression et au final a produit la Démocratie qui en découle directement. Ce n’est sans doute pas aussi facile dans des Pays, je pense en particulier à certains Pays Musulmans, où aujourd’hui la seule pensée qui prédomine, étouffe toutes les autres, et où un retour vers une arabité nostalgique d’un intégrisme religieux mythifié, mais rétrograde,  ne facilite pas l’expression de sa  jeunesse. Cela est bien dommage car dès l’Antiquité quand on était savant il fallait savoir parler 3 Langues: Le Grec, le Latin et … l’Arabe.

Islam

l’Arabe nous a légué beaucoup de concepts, dont le zéro et beaucoup de mots et de poésies. Il a existé dès le  VIIIe siècle une école de théologie musulmane , le mutazilisme, qui rejetait tout dogmatisme religieux. Basée sur la logique et le rationalisme, inspirés de la philosophie grecque et de la raison (logos) la recherche scientifique et la philosophie  y avait une place prépondérante. Ce sont d’ailleurs des scientifiques arabo-musulmans, les “modernes” de cette époque antique,  qui ont participé à structurer les mathématiques dans le domaine de l’arithmétique de l’algèbre de la géométrie. Les autres disciplines qu’ils ont contribué fortement à développer sont la médecine, la botanique, la zoologie, l’agriculture, la physique, la chimie, l’optique, la géographie et l’astronomie, devançant de quelques siècles plusieurs découvertes faites par des scientifiques européens. Cette démarche, régressa nettement à partir du XIIIe siècle les tendances musulmanes de l’époque considérant que la révélation divine n’a pas à être soumise à la critique humaine, interdisant le doute religieux en islam . Vivement critiqué par les courants salafiste et wahhabite, le mutazilisme est aujourd’hui peu représenté dans la communauté musulmane, bien qu’il en fut autrefois un courant majoritaire.  De nos jours, existent-t ’il encore des philosophes, des scientifiques Musulmans dans leurs pays d’origine? Je crains  que la fuite des cerveaux soit la seule issue … Y’a-t’il encore des “modernes” ? Où sont-ils ? Où se cachent ils ? Qu’inventent-ils ? Car, selon moi, et bien que fédératrice, la tendance religieuse qui a pris le dessus dans ces Pays , a dans sa forme la plus intégriste, effacé la philosophie musulmane au profit de la mystique et tué dans l’œuf une modernité qui ne demandait qu’à s’exprimer. Je me battrai pour qu’il n’en advienne pas ainsi chez nous, car ce courant religieux anti-occidentaliste se développe comme un cancer. C’est pourquoi je souhaite que le Salafisme  soit considéré comme une dérive sectaire à combattre et SOIT MIS HORS LA LOI dans mon Pays. (Et ailleurs …)

  	© Archives Charmet bridgemanart.Com

Alors, cette « Modernité » à laquelle je me flatte d’appartenir, en quoi présente-t’elle de l’intérêt d’une façon universelle ? Je vais essayer, en plaçant la démarche scientifique au cœur,  de décortiquer ce qui selon moi la caractérise le mieux…

Tout d’abord, à défaut de me sentir fier (on n’a pas de mérite à être né quelque part) je dois dire que je me sens quelque peu chanceux d’être né en Occident, pour cette simple raison que l’avènement de la science constitue un évènement qui s’est instauré en Occident en quelques siècles seulement et ne s’était jamais produit nulle part ailleurs à un tel niveau. En effet, les découvertes, émanant d’autres civilisations n’ont jamais constitué un corpus de connaissances structuré, reposant sur la mise en œuvre d’une méthode expérimentale unique, s’exprimant sous la forme d’un système formel de lois mathématiquement énoncées.  Mais, précisons les termes de notre sujet : Le terme de « science » est emprunté au verbe latin  « scire » (« savoir ») ( rien à voir avec “rien à cirer” !) qui a donné scientia, signifiant la « connaissance », au sens large, spécialement la « connaissance scientifique », prenant le sens du grec epistémè, «savoir théorique». La science désigne d’abord un savoir-faire procuré par les connaissances jointes à l’habileté, puis dénotera, plus tard, les connaissances acquises sur un objet d’étude plus délimité. La science, désignera de plus en plus une connaissance parfaite, précise, rigoureuse, de plus en plus soucieuse de formalisme. La mentalité scientifique moderne, s’est peu à peu forgée, toujours davantage renforcée dans le sentiment de son universalité par la succession de succès théoriques et pratiques qu’elle ne cesse d’enregistrer. En tant qu’Européen, en tant qu’Occidental j’avoue que je me sens fort de tous ces succès et de toutes ses connaissances qui ont fait de nos sociétés des sociétés modernes !

Durant longtemps, la science se trouvait purement et simplement assimilée à la philosophie, dans la mesure même où cette dernière, par la clarification logique de la pensée  et la recherche systématique de la vérité, impliquait une démarche de rupture avec l’opinion (doxa), c’est-à-dire l’ensemble des « préjugés » qui nous tiennent lieu ordinairement de pensée. A tel enseigne que chez les philosophes grecs comme Platon ou Aristote la philosophie c’est la science, le savoir véritable et authentique (epistémè), parce qu’elle se donnait pour projet d’atteindre le monde des Idées éternelles, immuables, afin d’échapper au monde trompeur et corruptible des apparences, de l’illusion et de l’erreur. Cette idée a été intégré dans notre Corpus éducatif. Avec cette phrase : « abducere mentem a sensibus » (çd en bon Français « détacher son esprit des sens »)  dès le XVIIè siècle (soit 8 siècles après les Savants Arabes Mutazilistes) , Descartes jetait les bases d’une méthode permettant de rendre compte de la nature en langage mathématique et de se libérer des tentations issues de notre nature corporelle, de nos inclinations, de nos idées reçues.

idéesreçues

Cette belle phrase de Nietzche nous le rappelle aussi  :« La probité comme vertu philosophique, c’est la capacité de regarder froidement la réalité, sans y projeter ses désirs et ses insatisfactions. » Finalement des générations d’étudiants occidentaux ont fini par admettre que aucune connaissance fiable, c’est-à-dire indubitable, ne peut seulement provenir de nos sens et de nos croyances. Il faut de l’objectivité et c’est là que se trouve tout l’intérêt de la Science, qui, enracinée dans la philosophie, se pose ainsi en rupture avec l’ensemble des préjugés, des opinions reçues depuis notre prime enfance. Les énoncés scientifiques décrivent le réel ; les autres énoncés, qu’ils soient métaphysiques, théologiques ou poétiques, ne font qu’exprimer des émotions. Ainsi, en entrant dans l’ère moderne, les sciences sont devenues des disciplines autonomes qui se passent de la théologie. Elles ont profondément modifié la conscience que nous avons de nous-même et de notre place dans l’univers. Parce que l’objectivité du savoir scientifique veut se substituer à la subjectivité de l’opinion, indémontrable et indémontrée, arbitraire et gratuite. Parce que la science se veut recherche des causes et des premiers principes, et c’est à ce titre qu’elle peut légitimement prétendre à la mission d’unifier la totalité du savoir, bien fondé par un formalisme précis exprimé par des lois mathématiques. Ainsi, une théorie n’est scientifique que si ses énoncés sont susceptibles d’être soumis à des protocoles d’expérimentation capables d’en montrer la vérité ou la fausseté, basés sur des démonstrations, et par le recours généralisé à l’outil mathématique. La science est ouverte à la critique et les connaissances scientifiques, ainsi que les méthodes, sont toujours ouvertes à la révision, ce qui par définition est non dogmatique. C’est pourquoi les savoirs de la science relèvent de l’universel de même que le critère de démarcation de la science vis-à-vis de tout autre discours. La culture scientifique n’est donc pas un secteur culturel comme un autre. Cette culture et ses savoirs ne peuvent pas être dépendants de l’interprétation qu’en font telle ou telle communauté. Par voie de conséquence la science s’oppose ainsi logiquement à la religion (qui se réfère à une « vérité révélée », c’est-à-dire à un «dogme»), et à tout autre «savoir» incapable de se fonder en raison.

Aussi, le rationnel que je souhaite être le plus souvent, suit le mot d’ordre proclamé par Descartes (encore lui !), selon lequel l’homme moderne devrait se vouloir rendre, par le développement indéfini de la science, «comme maître et possesseur de la nature». Et oui, carrément ! N’ayons pas de limites ! Je ne crains pas Dieu et ses différents avatars ! Quant au silence semble-t’il éternel de l’espace infini, il ne m’effraie pas, il me questionne ! Car plus aucun énoncé ne peut se poser comme dernier, comme ultime conclusion, au point de se trouver exonéré d’avoir à se justifier. Par nos questions nous devenons de plus en plus capables, de soumettre à l’analyse les conjonctures économiques, sociales, stratégiques, d’en prévoir les conséquences, de découvrir les conditions nécessaires au contrôle de notre avenir, en transformant le réel et le Monde … J’ai d’ailleurs adopté pleinement ces phrases de Jaurès :

« … Ce qu’il faut sauvegarder avant tout, ce qui est le bien inestimable conquis par l’homme à travers tous les préjugés, toutes les souffrances et tous les combats, c’est cette idée qu’il n’y a pas de vérité sacrée, c’est-à-dire interdite à la pleine investigation de l’homme ; c’est cette idée que ce qu’il y a de plus grand dans le monde, c’est la liberté souveraine de l’esprit; c’est cette idée qu’aucune puissance ou intérieure ou extérieure, aucun pouvoir et aucun dogme ne doit limiter le perpétuel effort et la perpétuelle recherche de la raison humaine ; Cette idée que l’humanité dans l’univers est une grande commission d’enquête dont aucune intervention gouvernementale, aucune intrigue céleste ou terrestre ne doit jamais restreindre ou fausser les opérations ; cette idée que toute vérité qui ne vient pas de nous est un mensonge ; que jusque dans les adhésions que nous donnons, notre sens critique doit toujours rester en éveil et qu’une révolte secrète doit se mêler à toutes nos affirmations et à toutes nos pensées ; que si l’idée même de Dieu prenait une forme palpable, si Dieu lui-même se dressait, visible, sur les multitudes, le premier devoir de l’homme serait de refuser l’obéissance et de le traiter comme l’égal avec qui l’on discute, mais non comme le maître que l’on subit. »

Pour moi, c’est avant tout cela être moderne : la lutte contre l’arbitraire de l’autorité, contre les préjugés et contre les contingences de la tradition avec l’aide de la raison … C’est pourquoi je ne remercierai jamais assez l’école Républicaine de m’avoir enseigné  les Mathématiques, la Physique, la rigueur, la logique du raisonnement. Ce rationalisme m’a donné une grande force pour décrypter le réel et n’a pas oblitéré en moi l’imagination, bien au contraire. Cela me galvanise et je cherche à comprendre ce qui m’entoure. Et grâce à l’aide de tout un arsenal de penseurs qui avant moi ont été confronté aux grandes questions  mon raisonnement se veut implacable, systémique et libérateur.  Par exemple, je sais que la Terre est ronde non pas parce que j’ai cru ceux qui le disent, mais parce que j’ai appris et compris les véritables causes qui ont modelé la planète et celles qui l’environnent. Pour  prendre deux autres exemples, si l’atome et la physique quantique n’étaient que de simples croyances, il faudrait aussi expliquer par quelle succession de « miracles »  on a pu parvenir à concevoir des lasers. Si les lasers existent et fonctionnent, n’est-ce pas l’indice qu’il y a un peu de « vrai » dans les théories physiques à partir desquelles on a pu les concevoir ? N’est-ce pas la preuve rétrospective que Planck, Einstein et les autres avaient bel et bien compris les interactions entre la lumière et la matière ? Il serait difficile d’expliquer d’où vient que les théories physiques, telles la physique quantique ou la théorie de la relativité, « marchent » si bien si elles ne disent absolument rien de vrai. Ceci ne fait pas de moi un intégriste de la Science car la Science n’est pas une croyance et je ne la considère pas non plus comme la religion séculière du progrès . Penser et croire sont de nature irréductiblement différente.

Lasers Could Make Computers 1 Million Times Faster

Par contre, je cultive l’Art d’avoir raison, je traque le défaut de raisonnement, je cherche la “petite bête” …  Je suis attentif à ceux qui falsifient la réalité à l’aide de démonstrations bancales et pseudo-scientifiques. C’est pourquoi j’ai toujours eu du mal à comprendre le discours de certains prêtres. Non pas que je ne respecte pas leur croyance, après tout chacun pense ce qu’il veut,  mais plutôt parce que leurs discours la plupart du temps me paraissent incohérents et impropres à la bonne conduite de la raison.  J’en ai encore eu l’exemple dernièrement à un Mariage auquel j’ai été gentiment invité et où j’ai eu l’occasion d’entendre un raisonnement déductif qui m’a semblé bien peu rigoureux . Le Curé disait “Dieu est Amour. Nous nous aimons. Donc Dieu existe !” Voilà l’exemple type d’un raisonnement à l’envers où le Prêtre a pris l’effet pour la cause en admettant au départ ce qu’il voulait ensuite prouver. Mais par la répétition, les mots d’appel, les expressions inductrices, la rythmisation de ses gestes, son message s’insinue en nous comme une vérité absolue. Cette manipulation est très courante mais dans l’Eglise personne n’a songé remettre en cause le  Curé. Je n’ai pas bronché non plus car, j’en conviens tout à fait, au prétexte d’être rationnel on ne peut pas tout le temps être intransigeant, d’autant plus quand on est aimablement invité ! Le Monde serait invivable ! Comme disait Voltaire “parfois la Paix vaut-mieux que la vérité” … Pour autant, un homme qui sait que son espèce n’a pas cessé d’évoluer et que l’univers est vieux d’au moins 13,7 milliards d’années ne se pense pas de la même façon qu’un autre qui croit dur comme fer qu’il a été créé tel quel en six jours dans un univers qui n’aurait que six mille ans …

En contrepartie, et malgré toutes les connaissances acquises ou à cause d’elles, malgré tout ce modernisme, je suis de plus en plus conscients de  l’abîme de l’ignorance  profond dans lequel je me trouve. Il m’apparait aussi que la modernité possède des aspects bien sombres.   Il me vient dans la bouche un gout de cendres et de découragement … Par exemple je constate avec effarement que le rejet de la science par certains n’est pas incompatible pour eux avec un usage compulsif des nouvelles technologies. En somme on peut utiliser la science tout en considérant qu’elle n’a aucune valeur! C’est fou. Nous nageons en pleine schizophrénie ! Egalement, la modernité est la racine de la crise écologique que nous traversons, elle a poussé l’homme à surexploiter les ressources naturelles de la Planète. Elle est  inséparable d’un libéralisme outrancier des marchés de produits , inséparable de l’accumulation de capital dans un contexte du travail ultra concurrentiel ; elle est inséparable du contrôle de l’information et la surveillance sociale ; elle est inséparable de l’industrialisation, en particulier celle  de la guerre. Et oui ! La modernité réside aussi malheureusement et tragiquement, dans le développement exponentiel de la technique, et de la croissance corrélative des moyens de destruction.

 pollution-en-chine

Enfin, le risque existe aujourd’hui, que notre civilisation, laissée à son propre mouvement, aille vers une maîtrise de la technologie toujours plus grande pour l’amour de la maîtrise, sans nous dire, lesquelles valeurs, précisément, devraient nous guider dans l’emploi de cette maîtrise. Et d’ailleurs, à propos de valeurs, à propos du sens de la vie il semble que avec tout notre modernisme nous ne soyons pas plus avancé que Socrate, Platon ou Aristote, il y a de cela deux mille cinq cent ans. En effet, « Comment, en dépit de cette accumulation de connaissances positives dont se prévaut notre époque, jamais l’homme n’a su qui il était. Ne convient-il pas alors, devant le vide de cette abstraction grandissante, de faire retour à d’autres modes de connaissance ? » Cette phrase glanée parmi mes lectures crée un trouble dans mon esprit, je l’avoue bien volontiers. Je le savais intuitivement et ne pouvait l’admettre mais pour ce qui concerne les questions fondamentales et le sens de la vie (Qui suis-je, où vais-je, où cours-je, dans quel état j’ère…) , force est de constater que la science est muette, qu’ elle n’a rien à nous dire, niente, nada, des clous ! L’homme qui souffre de ce que le sens a déserté son existence, qui est exposé à l’angoisse née d’une interrogation sur les fins ultimes de son existence, ne peut trouver à priori aucun secours de ce côté … Là je fais moins le fier à bras ! Comment raisonner dans ces cas-là ? Même si la connaissance apporte lucidité et logique,  la science ne peut rien nous apprendre sur le sens ou le non-sens de notre vie ! Tel est le tragique de la modernité: il semble que les fins manquent. l’universel que les sciences mettent au jour est, par essence, incomplet. Mais ne nous laissons pas abattre, restons volontairement optimistes ! J’en veux comme preuve que lorsqu’un savant ou du moins un sachant répond à une question relevant du domaine des valeurs, si il parle en tant que simple citoyen, ou en tant que sujet moral, voire même en tant que croyant, je crois bien que sa formation peut – quelquefois – l’aider à être plus conséquent et plus clairvoyant que ses voisins …

 formules

En tous cas, même si il existe bien d’autres manières de se rapporter au monde et aux autres que le modèle mathématique, fondé sur la prévalence absolue du mesurable; (car tout est-il “mesurable” ?), la culture scientifique me semble consubstantielle à l’esprit laïque puisque son expression est par essence non dogmatique. De surcroit, en raison de son universalisme et de sa fragilité, tout comme la Démocratie, ce bien précieux devrait être considéré comme une affaire d’État. Attention donc aux enfants déscolarisés dans les quartiers sensibles sans aucun contrôle de la part des autorités car ils sont les germes de terribles retours en arrière. Par une médiation sans faille, la méthode scientifique et le capital immatériel associé doivent absolument et résolument  et de façon adaptée être mis à disposition de toutes les couches de la population, en particulier auprès de la Jeunesse. Il faut instruire les enfants des savoirs fondamentaux qui leur permettront plus tard de penser par eux-mêmes. Tout comme nous disposons d’un accès à l’eau et à l’électricité. Il ne s’agit pas pour autant, de transformer les tenants de la Modernité et donc de la Science en Grands Prêtres car l’État n’a pas une conduite magique qui nous permettrait de lui demander de tout prévoir, de tout prédire. Nous retomberions dans nos errements ancestraux avec des grands « savants » auto proclamés prophétisant devant la multitude qui prie devant des écrans blafards en attendant des lendemains qui chantent …

C’est pourquoi je crois plutôt à ce que nous rappelle cette phrase de André Malraux : «La culture ne s’hérite pas, elle se conquiert (…) Ce qui doit nous unir est l’objet de cette conquête». Contre l’obscurantisme, contre tous les obscurantismes pour que s’expriment toujours mieux les principes de l’émancipation humaine.  Enfin, je citerai le grand Victor Hugo : « L’unique but de la Science c’est d’être immensément joyeux » …

Pour conclure, je crois que la modernité procède de cette droite ligne émancipatrice et de cette Joie. Si j’ai eu la chance d’avoir ce choix je sais qu’il a ses limites et que notre quête de connaissance reste un projet inachevé !  Alors restons philosophes. Et jouissons en toute liberté de notre conscience et de notre courte vie …Descartes

Lien vers enregistrement audio de cet article dans mon CLOUD Orange

Publié dans Philosophons un peu, War against modernity | Laisser un commentaire

Jeff Beck c’est bon !

Hier soir 2 Juillet 2018, Jeff Beck se produisait au théâtre antique de Vienne, à l’occasion du Festival de Jazz annuel. Bien sûr j’étais là. Impossible de rater le fameux Jeff Beck qui me fait vibrer depuis tant d’années … D’ailleurs il n’y avait que des vieux comme moi à ce concert … Incroyable ! On peut dire que cette musique là fait désormais du patrimoine “classique” !!! Alors que ça dépote grave, surtout avec Vinnie Colaiuta le meilleur batteur actuel, selon moi … Pensez ! Il a joué avec Allan Oldsworth ( mon guitariste préféré) et Herbie Hancok

jeff-beck_1 IMG_1337

En intro de la vedette se produisait Joanne Shaw Taylor. Excellente guitariste également. Mais devant moi visiblement certains se bouchaient les oreilles et n’ont pas aimé cette artiste … Moi je l’ai trouvé plutôt douée. Je vais donc aller de ce pas l’écouter dans DEEZER.

Jazz272018

Quant à la prestation de Jeff Beck ce fut un très bon moment. Voici quelques enregistrements pris à la volée avec mon Iphone …

Bref il nous a fait grimpé dans les nuages, bien loin au dessus des collines de Vienne. Ce qui me remémore cette pensée hautement philosophique :  « La musique, qui va au-delà des idées, est complètement indépendante du monde phénoménal ; elle l’ignore absolument, et pourrait en quelque sorte continuer à exister, alors même que l’univers n’existerait pas […]. C’est pourquoi l’influence de la musique est plus puissante et plus pénétrante que celle des autres arts ; ceux-ci n’expriment que l’ombre, tandis qu’elle parle de l’être […] c’est là ce qui lui donne une si haute valeur et en fait le remède de tous nos maux […]. Elle exprime ce qu’il y a de métaphysique dans le monde physique, la chose en soi de chaque phénomène. En conséquence, le monde pourrait être appelé une incarnation de la musique tout aussi bien qu’une incarnation de la volonté. » (Le monde comme représentation et comme volonté, I, pp. 267-276 ‎Arthur Schopenhauer)

Publié dans Musique | Laisser un commentaire

a French secularist SLAM

Moi le laïcard j’en ai marre des mastards,
des barbus qui se prennent pour des stars,
ça ne fait pas de moi un batard.
L’appel au meurtre n’est pas de l’Art !
Que leur vision soit exutoire,
ça et le port du foulard,
la haine n’est pas accessoire,
quand elle appelle l’abattoir.
Mais tout cela n’a rien à voir,
avec les flux migratoires,
c’est plutôt l’effet notoire
de l’appât du gain, du dollar
associé à de fieffés connards !
Alors devoir de mémoire,
rappelons les hussards noirs
Mettons l’ignorance au placard
en faisant réviser l’ histoire
pour que cesse le cauchemar !
Enfin, désarmons les revanchards,
les haineux, les pleurnichards
portant drapeau et sauciflard,
avant qu’il ne soit trop tard …
La seule trajectoire, c’est l’espoir
et c’est mon unique étendard !

Tchi pfou tchi pfou pfou …

Tellement je suis écoeuré par la programmation du rappeur MEDINE au BATACLAN, cliquez ci-dessous pour écouter mon RAP de protestation :

J’sais pas si je vais pas me produire au Bataclan moi …

Et je peux le faire dans plusieurs langues …

أنا لا زلت تعبت من الأصوليين ،
الناس الملتحين الذين يعتقدون أنهم نجوم ،
الدعوة إلى القتل ليست فن!
رؤيتهم هي منفذ ،
هذا ويرتدي النيكاب ،
ويشجع على القتل.
لكن كل هذا لا يتدفق
لجميع تدفقات الهجرة ،
هو بالأحرى التأثير السيئ السمعة
من الجشع ، الدولار
المرتبطة مع brutes جاهل!
واجب الذاكرة ،
استخدام التعليم
يزيد من معرفة العالم
من خلال مراجعة القصة
لوقف الكابوس!
لكن كن حذرا
الكراهية المتبادلة
قبل ان يفوت الاوان
المسار الوحيد هو الأمل

I ‘am a french secularist
tired of fundamentalists,
bearded people who think they ‘re stars,
But singing for murder is not art!
Their thought they believe liberating,
that and wearing the niquab,
only encourages killing
of whom that are not arab.
But all this does not flow
of all the migratory flows,
it is rather the  effect
of a kind of reject
along with stupidity!
So for memory duty,
use education, be happy
let’s increase the knowledge of world
by studying history
which is not only war and sword
So my brother be careful
mutual hatred is not fair
and before the cup is full
Hope should be our common dare

Publié dans Non classé, Politique | Laisser un commentaire

Du 220 Volts avec une batterie de 12 Volts …

Il y a quelques temps de cela je m’étais focalisé sur la fabrication d’alimentations continues de laboratoire : à partir du 220 Volts alternatif abaisser la tension, la transformer en courant continu d’une dizaine de volts pour alimenter toutes mes bidouilles électroniques. Aujourd’hui je vais faire l’inverse : à partir de la tension continue d’une batterie de 12 Volts, je vais générer du 220 volts alternatif, si possible en 50 Hertz. Vous allez me dire : pourquoi faire ? ça c’est une bonne question … Alors on va dire que c’est d’abord pour expérimenter moi-même, connaître, comprendre les problèmes techniques associés et travailler de mes mains parce que ça me repose le cerveau !!! Et il est vrai que je n’ai pas besoin à priori de ce type d’appareil. Je n’habite pas en plein désert, EDF me délivre du 220 sans coupure alors … Mais, on ne sait jamais … (j’ai un relent de “survivalisme” parfois !). Du coup je vais réaliser le montage le moins cher possible … (sachant qu’on trouve dans le commerce des convertisseurs tout prêts, mais souvent assez chers …)

Le principe de fonctionnement est assez simple : on va hacher le 12 volts continu issu d’une batterie de voiture, pour le transformer en courant alternatif de façon à l’injecter dans un transformateur élévateur de tension. (le dit transformateur est un transfo 220/12 volts, utilisé “à l’envers”). Tout bêtement. Je rappelle le principe du transformateur : Le transformateur est constitué de deux enroulements et d’un circuit magnétique, le transfert de puissance est réalisé par induction magnétique.

Parfois abrégé en « transfo » c’ est une appareil comportant deux bobines enroulées autour d’un noyau de fer doux permettant de modifier les valeurs de tension et d’intensité du courant délivrées par une source d’énergie électrique alternative, en un système de tension et de courant de valeurs différentes, mais de même fréquence et de même forme. Il effectue cette transformation avec un excellent rendement. Le rapport du nombre de spires secondaires N 2 sur le nombre de spires primaires N 1 est égal au rapport des tensions aux bornes de chaque bobinage et détermine ce qu’on appelle le rapport de transformation du transformateur, noté m .
Ce qui peut se traduire par l’équation m = N 2 / N 1 = U2 / U1

Mais je ne vais pas entrer dans le détail des explications en reprenant mes cours d’électricité hein … On va faire simple. Concrètement j’ai pris un transfo 220 volts / 2 fois 12 volts qui traînait dans mes cartons.

Transfo_exemples_1

Pour hacher le courant j’ai choisit d’utiliser des transistors MOS FET IRF 3205 (qui se comportent en gros comme de vulgaires interrupteurs) mais je vais les activer très vite afin qu’ils s’ouvrent ou se ferment à peu près à une vitesse de 50 fois par seconde (50 Hertz). Pour assurer la commande je ne vais pas créer un signal sinusoïdal car ce n’est pas facile à générer à faible coût. Je vais me contenter d’un signal carré et cela ira très bien pour connecter des ampoules électriques …

Pour cela je vais utiliser un circuit intégré spécialisé IR 2153 qui va alternativement, chacun son tour, commuter ces 2 transistors (j’aurais pu faire plus simple avec un 555 mais dans ce cas je n’aurais pas eu un pilotage sans recouvrement, des 2 MOSFETs alors que le 2153 a été conçu pour ça) .

IMG_1254

Avec le faible signal carré issu du IR2153 les transistors réagissent en injectant alternativement dans les bobinages 12 volts du transformateur un  courant  de plusieurs Ampères, haché à 50 Hertz et de tension 12 volts prélevé sur la batterie de voiture. Sur le bobinage 220 volts du transformateur on récupère un signal de même fréquence mais élevé à la tension 220 volts. Attention avec le 220 Volts on ne rigole plus…

Le schéma de mon circuit est le suivant :

inverter-using-IR2153-8

Liste des composants :
  • 2 * MOS FET IRF3205 achetés par 10 pour 1,34 Euros chez AliExpress … (on peut en mettre 4, 2 fois 2 en parallèle pour avoir plus de puissance)
  • 1 * IR2153 achetés par 5 pour 2 Euros chez AliExpress
  • 1 * Batterie de voiture

Fond de tiroirs donc gratos :

  • plaque aluminium ( pour refroidir les MOSFET)
  • 1 * Transformateur 12-0-12v à 220v, 3 ampères (récupération grenier)
  • 1 * potentiomètre 10k
  • 1 * 1N4007
  • 1 * Led
  • 3 * résistances de 1K Ohm
  • 2 * résistances de 22Ohm
  • 1 * résistance de  22k Ohm
  • 1 * condensateur 470uF/25V
  • 1 * condensateur 47uF/25v
  • 1 * condensateur 0.22uF
  • 1 * condensateur 0.01uF Ceramic

Voici mon prototype :

Conv1

J’allume une ampoule 220 volts sans problème :

Conv2

ça pulse ! Et voila le travail pour moins de 10 euros !!!

Pour les curieux qui souhaiteraient bobiner leur propre transformateur voici une vidéo intéressante.

 

 

Publié dans bidouillage, Electronique | Laisser un commentaire

Vive la photographie !

J’ai toujours aimé faire de la photographie. Je me souviens qu’à 12 ans déjà je réalisai des photos avec un Lubitel 6X6 et un 24X36 Zenit, deux appareils simples mais complets qui m’ont permis de comprendre les fondamentaux de cette magnifique passion … Depuis j’ai eu pas mal d’appareils photo et ne me suis jamais lassé de capter en images ce qui m’entourait. Enfin, la photo « numérique » m’a apporté un nouveau souffle grâce à l’extrême facilité de production, de retouche et de conservation des images. J’ai cherché comment mettre en ligne mes photos sur Internet et j’ai essayé tout un tas de trucs … Je viens de découvrir le logiciel WIX qui m’a permis de créer très facilement un site Web sur lequel j’ai pu mettre des photos très volumineuses ainsi qu’une musique de fond et tout ça gratuitement ! Voilà donc sur ce site quelques clichés sélectionnés dans ma bibliothèque numérique personnelle. Il y a mieux mais c’est plus cher …

https://jeangaillat.wixsite.com/photographie

ZolaPhoto

Publié dans photographie | Laisser un commentaire

Des panoramas, en veux-tu en voilà …

J’aime assembler des photos pour créer des panoramas … Surtout quand ils sont animés et avec une musique de fond … Cliquez sur chaque image ci-dessous pour visionner les panoramas animés que j’ai créés …

Lors d’une ballade en VTT près de Chatonnay en Isère

IMG_1142

Près du Mont Aiguille dans le Vercors

DSCF3249

Au LAc de Bouvante dans le Vercors

DSCF0710

En Crète

DSCF2579

Aux Aiguilles d’Arves dans les Alpes

DSCF2966

Au Pas de Peyrolles en Auvergne

[Group 9]-DSCF0603_DSCF0605-3 images

Au parc de la Mauricie au Québec

DSCF0925

Publié dans Panoramas | Laisser un commentaire