Peut être que je devrais me présenter ? …

Dernièrement dans le fil d’une discussion entre amis (pas tous du même avis, comme d’habitude …) je rappelais cette phrase de Jean Pierre Chevènement (oui je suis Chevènementiste et alors ?)  qui a dit :

La République n’est pas un régime de faiblesse … La République doit être défendue …parce qu’il doit permettre en définitive l’expression du Peuple.”

Je trouve cette assertion très juste. Selon moi, la République doit se défendre contre la violence qui pourrait la renverser, qui pourrait déstabiliser l’Etat . Que ce soit le fait de Gilets jaunes, Noirs, Rouges ou Verts ou par leurs franges les plus extrémistes, la violence envers notre Etat Démocratique n’est pas tolérable … Car oui c’est encore un Etat Démocratique ! Mais il n’a jamais été dit que la République était un Régime de Bisounours.

Alors oui, je le concède bien volontiers,  la question de la représentativité du Peuple se pose avec plus d’acuité aujourd’hui qu’hier du simple fait de sa complexité grandissante et de la technocratie parfois débile de nos élites. Saura-t’elle apprendre de cette épreuve des “gilets jaunes” et se rendre encore un peu plus Démocratique ? L’avenir nous le dira. Pour l’heure, pas mal de vautours et d’oiseaux de mauvaise augure tournoient dans les airs au dessus d’elle …

Un amis m’a alors rétorqué : “Mais, la république ça n’est jamais que les hommes au pouvoir à l’instant T. La république aujourd’hui est incarnée par Macron et ses aficionados. Sinon, la république est menacée par ceux-là même qui la représentent.”

Je ne partage pas ce point de vue. Pour moi la république est d’abord menacée par 2 choses : Le fascisme et la corruption liée au grand Capital débridé et peut-être par une 3ème chose : la haine.

Mon bon ami me suggéra alors : “Tout pouvoir a des tendances dictatoriales, plus ou moins tempérées par l’histoire de sa constitution. La corruption est consubstantielle à l’homme politique. (Aux dernières nouvelles, le plus jeune maire de France, à peine sevré, a déjà piqué dans la caisse…). Quant à la haine elle est alimentée par l’injustice sociale …”

Justement, comme l’Homme a naturellement tendance à des passions négatives (la ruse, la haine, la colère, la crainte d’autrui ) qui ne peuvent provoquer que discordes, rivalités, conflits… peu à peu on a remplacé les lois provenant de textes sacrés créés par des tyrans par des lois imaginées et votées par des hommes et les femmes. On a remplacé des tyrans «Roi par la grâce de Dieu» par des gouvernements issus d’élections libres, et des sociétés à classes privilégiées (comme la noblesse et le clergé) par des sociétés d’hommes et de femmes égaux ou presque … Mais c’est sûr on est loin de la perfection et il y a encore du boulot !!! Et puis il y a toujours ces vautours … qui planent … qui attendent …

J’allais oublier d’autres ennemis de la République : le pantouflage, l’endogamie des grands corps d’Etat, les réseaux des copains (et des coquins), le manque de contrôle interne indépendant par des juges qui ne seraient pas des partis, bref …

La Politique et la Gouvernance en particulier d’une république, tout cela doit être pur et dur et les commissions de mes deux qui ne produisent rien et n’apportent aucune plus value mais qui par contre coûtent un fric (de dingue) en fonctionnement devraient être régulièrement auditées ! Tout ça pour dire que les Comités Théodule et autres instances sans plus values doivent disparaître ! C’est pour cela , entre autre, que je ne souscris pas aux chapitre d’instances «supérieures» qui ne sont pour moi que des dispositifs qui s’auto alimentent sans jamais rien produire de transposable rapidement pour la BASE … Et cela me fait d’ailleurs penser à un autre ennemi de la République : ceux qui préfèrent la défense de leur corps d’appartenance, qui l’emporte sur leur fonction d’intermédiaire de la République, au service des Citoyens sur L’ENSEMBLE du territoire (je suis un peu Jacobin ) …

C’est pourquoi je pense que la mise en place d’un “contrôle interne” est indispensable. Et ça c’est tout sauf le chaos, l’improvisation ou le romantisme ! Vous comprendrez ainsi mieux ma posture singulière quant à la conduite d’une « République » : d’abord des bases de rigueur, de raison, de “contrôle interne” pour faire en sorte que l’ordre établi par le Peuple lui même soit respecté et apporte ce qu’il est en DROIT d’attendre d’elle. Le bordel ambiant est plus lié, selon moi, à une forme de désordre lié aux passions, aux réseautages secrets, à la corruption, à la cupidité. Cet ordre dont je parle ce n’est pas l’ordre pour l’ordre, c’est l’ordre qui peut permettre « in fine », le Romantisme, qui peut promouvoir et entretenir l’émancipation des citoyens vers plus de lucidité, d’apprentissage, et au final de perpétuer l’aventure humaine vers plus de hauteur de vue et de conscience collective. Autrement il ne s’agit que d’aventures individuelles. Certes c’est tentant. Mais ce n’est plus une aventure collective …

Pour être efficace ce dispositif de contrôle doit concerner toutes les personnes élues . Certes, les dirigeants sont de prime abord chargés de définir, d’impulser ce dispositif et de l’adapter à la situation et à l’activité . Mais en contre partie les citoyens devraient avoir la connaissance et l’information nécessaires pour surveiller ce dispositif. Il ne s’agit pas de confier cela à un élu, seul. Un dispositif d’audit externe (examen indépendant et formel de la situation financière ainsi que de la nature et des résultats des activités) réalisé par des personnes tierce parties indépendantes devraient pouvoir le surveiller. Sinon on risque le cas Cahuzac. De toute façon il n’y a pas de risque zéro !

Mais tout cela est conditionné à la mis en place préalable de points de contrôle sur l’ensemble des processus qui régissent le fonctionnement de l’Etat et l’atteinte de ses objectifs. Où sont les points de contrôle ? Quels sont les processus clé ? Comment sont-ils mis à la connaissances des différents protagonistes citoyens, élus ou liés à la techno-structure ? Bref … Actuellement Il y a sans doute trop d’enchevêtrement de structures, avec un mille feuilles illisible dû aux réagencement, réformes, transformations successives, qui donne un paysage politique et administratif incompréhensible pour le Français moyen. Il faut simplifier. Il faut OPTIMISER et  éliminer les étages intermédiaires couteux et sans plus values additionnelles.

Il faut également penser au Budget de fonctionnement, sans caricaturer du style « y’a qu’a supprimer les sénateurs » ! Par exemple les 577 Députés ne pèsent que 100 Millions en terme de fonctionnement face à un déficit de l’Etat de plus de 80 Milliards par an. Qui l’alimente ce Budget, qu’est-ce qui permet de l’équilibrer ? Le Peuple souhaite plus de services Publics et c’est bien normal. Mais comment on le rémunère ? Avec quels impôts supplémentaires alors qu’on est déjà bien fortement assujettis ?

Alors commençons par faire une chasse impitoyable à l’évasion fiscale ! En France, l’État perdrait 60 à 80 milliards d’euros par an, soit en gros 3 % du PIB !!! A cette fin il est nécessaire de développer une stratégie européenne coordonnée en vue d’améliorer la lutte contre la fraude fiscale. Cela dépasse le cadre de notre république et c’est pour cela qu’il faut faciliter à tout prix un fonctionnement Européen de tout ce que je viens de dire ! Alors quelle est l’alternative politique qui tiendrait la route comparée à celle de Macron ? Hein ?

Peut être que je devrais me présenter ? … ça va barder !!!

Pour finir, un autre bon copain a résumé la situation actuelle : « Les attitudes contradictoires ne manquent pas en ce moment, en tous cas : je veux être entendu, mais je refuse de participer aux discussions, j’attends tout du président, mais je veux le destituer (ou uniquement la deuxième partie du mot) ; et ça ne facilite pas la sortie de crise. Et autre paradoxe : plus que jamais il y a en même temps tous les ingrédients, aussi bien pour une issue vraiment très positive (car il y a vraiment de la remise des compteurs à zéro à faire dans beaucoup de domaines) que pour la pire des issues. L’analyse des années 1930 en Allemagne vaut le détour. Dernière remarque : en politique, quitte à simplifier outrageusement les choses, on a peut-être besoin d’avoir deux pôles ; on a cru qu’on pourrait (di-)gérer la défaite conjointe de la gauche et de la droite, et finalement, l’ « extrême centre » qui s’est créé, a induit la tentation de créer à ses antipodes un « extrême extrêmes » où les deux anciens extrêmes se rapprochent. Bref, à la fois de quoi beaucoup s’inquiéter, mais de quoi passionner les observateurs politiques présents et à venir. »

A propos jeangaillat

Marié, 2 enfants, Charlotte et Alexis
Cet article a été publié dans Politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s