Pour une autre politique migratoire

clip_image001

L’immigration est perçue comme une menace, comme une invasion indésirable, l’immigration donne lieu à des réponses répressives, à des pratiques inadéquates qui ne prennent pas en compte sa dimension humaine et la nature transnationale du phénomène migratoire. Au niveau européen, le renforcement du contrôle des frontières extérieures prend le pas sur la protection des réfugiés et la lutte contre les trafics. Et quand des réfugiés parviennent jusqu’au continent, les États-membres se battent pour savoir qui doit examiner les demandes d’asile et organiser leur accueil, oubliant qu’il s’agit d’êtres humains dont la vie est menacée… L’intérêt économique de la France, la protection d’une « identité nationale » ne peuvent pas suffire à définir les termes d’une politique juste et adaptée, profitable à tous.

La solidarité prenant en compte la mobilité humaine comme une composante du monde d’aujourd’hui est la seule posture que nous devrions adopter.

C’est un véritable défi pour nous tous !

C’est pourquoi il faut faire évoluer  l’approche de nos gouvernants sur les problématiques de migrations et d’asile:

  • organisons une répartition équitable du traitement des demandes d’asile et de l’accueil entre les États-membres, accompagnée d’une répartition des moyens ;
  • assouplissons et harmonisons les voies légales d’immigration ;
  • popularisons l’octroi de visas permettant de se rendre légalement dans un pays pour y demander l’asile;
  • mettons en place la protection temporaire qui permet une accélération des procédures en cas de guerre;
  • mettons fin aux listes de pays d’origine sûre qui nuisent à l’examen correct des demandes et provoquent un effet absurde de vases communicants entre les États-membres ;
  • concentrons-nous, sur la lutte contre les trafics d’êtres humains, d’organe, de drogue et d’armes ;
  • lançons un vaste programme de construction de logements

La politique migratoire devait être l’un des axes majeurs de l’action de l’Union Européenne.

Un commissaire s’occupant à temps plein de ce dossier devrait s’attaquer prioritairement au manque de solidarité entre les pays de l’Union.

Au niveau de chaque ville il faudrait que :

· chaque municipalité parraine au minimum 10 migrants sur 2 ans

· agir auprès des élus pour réquisitionner les logements vacants.

Alors vous allez me dire : mais pourquoi tu n’en prends pas un chez toi ? Pourquoi pas ? Mais cela ne résoudra pas le problème. Il faut réagir globalement car ce n’est que le début … Et dans l’avenir le problème ne fera que croitre. Je ne me sens pas le cœur de dire : On s’en fout ! Et je n’ai pas de solution miracle. Si on regarde la Terre de très très haut, si on s’élève pour mieux voir, alors on se dit qu’il faut être solidaire. Il faut aussi éviter de balancer des bombes sur des Pays qui ne s’en relèveront pas ! Ou alors il faut tuer tout le monde …

Il y a des gens parmi nous qui pensent que c’est la solution. La solution finale …

Publicités

A propos jeangaillat

Marié, 2 enfants, Charlotte et Alexis
Cet article a été publié dans Politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s