Ce que je pense de l’intégrisme…

Bon, je sens que certains vont se demander pourquoi je me lance dans cette polémique, mais c’est ce que je pense et donc je l’exprime… Je n’ai pas d’ambitions électorales et ne suis pas soumis au politiquement correct. Je suis un citoyen français libre ! Je veux parler dans cet article de cet intégrisme religieux musulman que je vois s’afficher de plus en plus en France.  Je pense qu’il est temps d’en parler sans détour… Mais si je le juge sévèrement je ne veux pas pour autant être assimilé à un extrémiste moi-même car si d’un côté, j’observe une radicalisation d’une partie des musulmans, je vois aussi  monter le racisme anti-musulman de l’autre . Ils s’alimentent l’un l’autre. Aussi, je veux  (déjà pour moi même) éclaircir ma position sur ce sujet brûlant…

Alors tout d’abord entendons-nous sur les termes : Le mot intégrisme apparait dans son acception religieuse en France dans les années 1910, dans un contexte qui voit s’opposer âprement les tendances favorables et opposées à la modernité au sein de l’Église catholique. Dans ce contexte historique troublé les autorités vaticanes combattent la transformation politico-culturelle d’un monde en voie de sécularisation – voire de laïcisation – issu de la Réforme, de la philosophie des Lumières et de la Révolution française et y opposent en réaction la conception d’un modèle de catholicisme anti-révolutionnaire dit « intégral » qui sera bientôt qualifié d’« intégrisme » par ses opposants et qui défend le maintien des vérités catholiques traditionnelles telles qu’elles ont, selon eux, toujours été enseignées. Ces tenants de la « Tradition », se désignant eux-mêmes comme des « catholiques intégraux », seront appelés « intégristes » par le courant progressiste.

D’usage souvent polémique et péjoratif, le terme intégriste se réfère généralement à des courants traditionalistes qui affirment représenter l’orthodoxie catholique et la Tradition « authentique ». Le champ sémantique du vocable s’est ainsi étendu dans des usages impropres désormais répandus, toujours à connotation péjorative, comme ceux de l’« intégrisme musulman » – pour désigner le fondamentalisme musulman. Ce terme fondamentalisme désigne l’attachement strict à une doctrine précise, religieuse ou autre. Il est né au début du XXe siècle en terrain protestant nord-américain, en opposition aux développements du libéralisme théologique. Il en est venu, en France, à désigner le plus souvent les islamismes radicaux qui occupent dans ce pays plus de place dans les débats que les protestantismes radicaux (eux c’était avant …). Ainsi ce terme fondamentalisme, tout comme intégrisme, en est venu à désigner un phénomène général. Il touche, à des degrés divers, les religions telles que le judaïsme, le christianisme et l’islam en raison de leur interprétation de la diversité des opinions religieuses, dans laquelle elles tendent à distinguer une opinion « absolument vraie » des autres, « absolument erronées ». Pas étonnant donc que cela se traduise par un comportement d’exclusivisme, d’isolation, voire d’antagonisme défensif ou conquérant avec qui ne partage pas totalement cette approche, c’est-à-dire aussi bien vis-à-vis des coreligionnaires non fondamentalistes que des membres des autres confessions, des agnostiques ou des athées. La religion, en particulier les religions monothéistes, portent toutes en elles les germes de l’intégrisme. Ce sont des institutions théologico-politiques, autoritaires, qui visent à contrôler et à organiser la vie des gens (donc pas besoin d’Etat pour ça)… 

Comme on le voit, l’intégrisme religieux n’est pas un phénomène propre à l’islam.

Hormis le fait qu’il s’oppose à la simple liberté de conscience ce qui est déjà très grave, pour moi ce conservatisme intransigeant s’oppose à la modernité. La modernité c’est ce qui nous permet de penser l’émancipation vis-à-vis des traditions, des doctrines ou des idéologies. Dans la modernité l’avenir remplace le passé et rationalise le jugement de l’action associée aux hommes dans le sens où elle est un mode de reproduction de la société basée sur la dimension politique et institutionnelle de ses mécanismes de régulation – qui s’oppose à la tradition dont le mode de reproduction d’ensemble et le sens des actions qui y sont accomplies est régulé par des dimensions culturelles et symboliques particulières voire souvent inamovibles parce que dogmatiques.

Dans notre Nation, le siècle des « Lumières » a permis difficilement la création de la «République» qui a séparé l’Eglise et l’Etat en 1905 et a donné au peuple Français un patrimoine constitutionnel spécifique qui nous a permis de progresser au plan social. Mais aujourd’hui, en France le peuple c’est aussi ces femmes musulmans voilées que je vois de plus en plus nombreuses dans nos rues ! Argument de plus pour dire que la burqa n’a pas sa place en France. Ceux qui prennent la burqa comme un drapeau de l’islam n’y ont rien compris. Il n’y a pas d’obligation religieuse à la porter. Et, par ailleurs ces femmes Musulman voilées qui vivent en France ont besoin de trouver leur place dans la société française, d’avoir une vraie égalité avec les hommes, d’accéder au travail. Le voile intégral, au contraire, les isole.

Mais ça c’est ma vision et je sais bien que pour certaines femmes qui le portent, c’est avant toute chose l’expression d’une revendication de leur identité. C’est pourquoi la « visibilité musulmane » se renforce (multiplication des foulards et des barbes, façons de se saluer, rituels intimes pratiqués aux yeux du plus grand nombre…). Ce qui est vécu comme de la provocation ou le refus de s’intégrer pour les uns s’apparente à une sorte de « résistance » pour les autres. Ces personnes tiennent à s’affirmer comme appartenant à la civilisation musulmane, une civilisation différente de la civilisation occidentale dans laquelle elles se trouvent amenées à évoluer. D’ailleurs certaines de ces femmes voilées et non contraintes n’ont pas envie de vivre comme des non Musulmans ni d’inscrire leurs enfants dans les écoles de la République dès les six ans de l’enfant, âge à partir duquel l’instruction est obligatoire et elles le clament de plus en plus fort … Et oui ! l’école fait partie des facteurs d’intégration des populations immigrées. Or, on s’en serait un peu douté, l’école française laïque est totalement incompatible avec l’Islam et ses valeurs… par contre dans les écoles coraniques la répétition des versets du Coran tient lieu de programme d’enseignement et dans les écoles catholiques on peut porter le voile… Les conséquences de cette désaffection pour l’école Républicaine c’est qu’aucune intégration n’est possible dans ces conditions, l’idée même d’intégration est clairement rejetée. Alors que peut-on attendre de « jeunes » élevés dans un tel esprit ? Il n’y a pas pour eux la même compréhension des valeurs de la République et de ses lois. C’est tout simple !

En tant que Français laïque je me pose donc  cette question, comme beaucoup dans ce Pays: sous prétexte d’égalité de considération laïque justement, doit-on pour autant accepter sans réaction une interprétation de l’Egalité qui permettrait à une Communauté qui revendique la primauté du droit Religieux Musulman sur le droit Français de se développer sans contrepartie ? En effet le danger bien réel c’est l’utilisation politique de cette religion par des leaders d’opinion qui sont prêts à en découdre, en réclamant le respect de leur identité singulière sous prétexte de traitement égalitaire, et au nom même de nos principes laïques. Ceux-là même qui ont parfaitement compris tout l’intérêt qu’ils pouvaient tirer d’une organisation civique qui ne doit pas faire de différence entre ses membres, qu’ils fussent français de souche ou immigrés récents. Face à cette nouvelle pression communautariste organisée ou pas, notre culture laïque chancelle et ne sait pas vraiment quelle position adopter. Mais il ne faut pas tout mélanger. Je distingue bien les musulmans  Français qui comme moi, respectent ce Pays et ses Lois et contribuent à son fonctionnement, au même titre que moi, ni plus ni moins, car en tant que Français, nous sommes égaux en Droit – de ceux qui, au nom de ce Droit, veulent imposer un système de pensée à l’opposé du Progrès.  Mais je n’oublie pas  le triste passé de leurs pères ou grands-pères qui il y a peu faisaient partie de notre « Empire coloniale » en tant que supplétifs, chair à canon bien pratique ou immigrés dociles et faciles à exploiter et qui ont participé de ce fait à la construction de la France d’aujourd’hui – ce qui est tout à fait exact… A titre d’exemple personnel je me souviens très bien de cette entreprise où j’allais travailler l’été quand j’étais étudiant dans les années 70 et qui traitait ses ouvriers agricoles maghrébins comme des chiens ou pas loin. J’étais écœuré mais c’est moi qui conduisait le Tube Citroën les transportant car en tant que Français de souche le patron me faisait confiance…tandis qu’il opérait un odieux chantage à la carte de travail auprès de ceux qui osaient s’opposer à ses commandements. J’en ai encore un goût amer.

De ce fait, dans les causes de cette inaction face à la montée de l’intégrisme Musulman, je ne sous-estime pas l’influence des culpabilités de ceux qui parmi nous se repentent de ce type de comportements ignominieux ou qui se souviennent des exactions de cette République historiquement coloniale (bien que Laïque) qui se souciait alors comme d’une guigne de l’égalité des droits, de la Liberté ou de l’Egalité avec les populations indigènes à cette époque pas si lointaine. Cette culpabilité naïve de ceux qui cèdent à une logique de compensation a facilité le développement d’un intégrisme spécifique d’autant plus fort que la crise et le manque de travail privaient toute une population de revenues et d’intégration sociale.

N’oublions pas non plus la mondialisation des idées, des réseaux et de l’information que ce soit via Internet ou la télévision par satellite qui véhiculent sans doute l’information et l’esprit de Liberté sous-jacent mais tout autant l’élan de la Communauté des frères musulmans à s’organiser en une « Internationale Musulmane » dans tous les Pays ou une population de confession musulman a pu s’établir et se développer – je suis sûr qu’une bonne partie de cet endoctrinement se fait par internet – Dans ce contexte général, quand on parle d’intégrisme Musulman en particulier, puisque c’est celui qui semble s’exprimer le mieux dans notre société aujourd’hui, on voit bien qu’ il ne s’agit pas de l’expression d’une pensée « figée » mais bien d’une organisation consciente et systématique d’instrumentalisation. Attention, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit : le vrai problème n’est en effet pas la religion musulmane en elle-même – que je ne confond pas avec l’Intégrisme – elle aussi a généré des « modernes » ; non, le vrai problème ce sont ces dirigeants lointains qui instrumentalisent des individus en recherche de toute puissance, formatés dans l’esprit de la Charia, sur un intégrisme stricte du style: l’unité des « vrais musulmans », ceux qui « possèdent la vérité », permettra le triomphe de l’islam, contre le Mal occidental. Ce n’est pas nouveau : de tout temps l’intégrisme religieux a servi de véhicule à la réaction politique.

Dans le même temps on peut se demander si une telle réaction violente n’est pas due tout simplement au fait que dans ses aspects les plus intégristes la religion Musulmane se voit peu à peu remise en question par ses propres adeptes tiraillés par plusieurs points de vue extrêmes et pris par les contradictions avec la pensée moderne, qui ont soif de justice, d’égalité sociale et de liberté. Ceux qui, intégrés à nos sociétés laïques depuis plusieurs générations ou dans des pays en voie de réelle démocratisation, ou simplement « touchés » par les flux d’informations cités plus haut avec l’influence grandissante de l’Internet, ne supportent plus le carcan féodal et obscurantiste qui en définitive les opprime – Ceux qui aspirent tout simplement à la modernité? il s’agirait alors des soubresauts d’un modèle qui meure et qui est prêt à tout pour se défendre.

Aussi, remplaçons le mot Religion par le mot Politique et nous comprendrons mieux les ressorts de ceux pour qui la Loi doit rester la Loi de Dieu, et dont la Charia est le devoir. Et aussi, nous comprendrons mieux sur notre propre territoire à quel point le mot magique Laïcité ne peut pas faire SENS sans un pouvoir politique fort mais socialement porteur d’espoirs, animé d’un vrai souhait d’égalité et de fraternité qui seul créera les conditions du vivre ensemble et avec de vrais projets d’avenir… (Oui bon …quels projets ?) Ne restons pas nous non plus avec une pensée figée sur un idéal de Laïcité qui serait d’évidence la solution, alors même que notre attitude collective ou individuelle exprime le plus souvent le mépris voire l’arrogance ou tout simplement l’indifférence. Soyons prompts à défendre la modernité, la pensée libre et féconde, l’éducation, la liberté de conscience, pour gagner sur l’obscurantisme, tous les obscurantismes, mais avec humilité et avec le plus grand respect et l’amour de l’Homme (et de la Femme) , d’où qu’il/elle vienne.

Bon c’est bien beau tout ça mais vous allez me dire: concrètement, comment réagir ?

TOUT SIMPLEMENT EN FAISANT RESPECTER LES LOIS DE LA REPUBLIQUE – qui reste quoiqu’on en pense, la seule garante de nos droits respectifs . Sans aucune faiblesse, sans aucune naïveté, avec pragmatisme et raison.  Plus concrètement et sans délai attaquons nous avec force au voile intégral, mais aussi à l’excision, aux mariages forcés, et aux Frères musulmans qui tentent de noyauter les musulmans de France. Faire respecter le Droit sur tout le territoire national ne me parait pas inhumain ni anticonstitutionnel … A ce propos les responsables politiques doivent travailler encore plus pour mieux connaître et inhiber ce processus de radicalisation et ses étapes d’endoctrinement, sinon la cohésion nationale et la sécurité nationale resteront fragiles car d’un côté comme de l’autre la bêtise humaine est aux aguets.

Voilà!  J’ai clarifié dans ce texte mes idées sur l’intégrisme et plus particulièrement sur celui qui sévit de plus en plus dans nos contrées. Je vois un tout petit peu plus clair sur le sujet.  Mais ne tirez pas de conclusions hâtives sur ma façon de penser: Il n’y a pas de racisme dans mon propos, pas le moindre sentiment de rejet de la Communauté musulman. Seulement le rejet de l’intégrisme, sous toutes ses formes. Selon moi, toute croyance visant à  gérer la vie des hommes du lever au coucher et à dicter ce qui est licite ou illicite est incompatible avec la démocratie qui compte sur la liberté humaine pour s’interroger sur le sens et la légitimité de ses décisions…  La démocratie est impossible sans la liberté et la diversité des opinions. Enfin, bien que je déteste que l’on montre du doigt, que l’on stigmatise,  quand je rencontre une personne dans la rue, je n’ai pas envie qu’il me crie au visage sa religion, je n’ai pas envie de lui demander et nous pourrons vivre ensemble dans ce Pays … 

Si vous êtes arrivés jusque là vous me connaitrez mieux…

Publicités

A propos jeangaillat

Marié, 2 enfants, Charlotte et Alexis
Cet article a été publié dans Politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s