Petite lâcheté envers l’obscurantisme banal

Je reviens sur mon précédent article sur la tolérance. “Je suis tolérant… mais y’a des fois…”

En fait en le relisant je me suis rendu compte que mon propos manquait de clarté et de précision, et que ma rationalité pouvait me poser en donneur de leçons d’une façon négative … Or, j’aime qu’on m’aime; je ne souhaite pas être perçu négativement… En effet, le seul fait de dire, que je tolère quelque chose revient ipso facto à me placer au-dessus des personnes qui formulent cette chose, revient à m’ériger en position de juger et – éventuellement – de tolérer. Ce qui contient évidemment en germe l’autre éventualité : ne pas tolérer. Alors puis-je raisonnablement être intolérant sans passer pour “pédant” ?

Voici un exemple concret où j’ai eu du mal à tolérer une situation mais où finalement j’ai laissé faire: dernièrement chez un très bon ami,  j’ai du faire face à l’attitude très irrationnelle de quelqu’un de tout à fait respectable, m’affirmant pouvoir dire un certains nombres de choses sur moi, sans les connaitre à priori, tout simplement en lisant les formes du marc de café dans le fond de ma tasse à peine bue (ce qu’on appelle la cafédomancie) !  J’ai eu aussitôt un recul d’auto-défense intellectuelle, tout prêt à faire feu de tout bois avec ma raison froide. Mon interlocuteur ne me connaissait pas et il n’est pas écrit sur mon front que je suis quelqu’un de particulièrement sceptique. A priori, mon libre arbitre, me donnait la possibilité de choisir  d’arrêter ce petit jeu, voire d’en démonter le mécanisme. Mais mes amis autour de moi semblaient trouver cela très amusant et la raison est une frêle chandelle ! Aussi, je me suis surpris à écouter des sornettes présentant le plus sérieusement du monde quelques caractéristiques générales me décrivant , où je pouvais glaner ça et là quelques allusions très vagues mais non dénuées de sens sur l’état de ma vie, de mes proches … Ce qui pouvait d’ailleurs être interprété comme vrai comme par exemple: “Il va se passer quelque chose bientôt!”

J’ai eu le choix de tolérer ou d’arrêter ce jeu, cette pseudo-analyse si totalement à l’opposé de ma façon de décrypter le réel. Je n’ai rien arrêté. Je l’ai toléré. J’ai écouté poliment quelqu’un qui insultait sans le savoir mon intelligence, en exprimant des soi disant éléments cachés de ma vie grâce à la forme du marc de café au fond de ma tasse! Alors mon attitude  de tolérance polie, était-ce de la bêtise pure et simple ou la crainte de décevoir mes amis et de casser l’ambiance en me posant en “sceptique exacerbé”? Je crois bien que c’est plutôt le dernier point qui a motivé mon acceptation de ce simulacre. Mais en ne laissant rien paraitre, au fond de moi je me suis dis : “quelle connerie”!

Du coup je me trouve plutôt insatisfait de la façon dont j’ai géré  cet évènement. Cela fait typiquement partie de mes petites lâchetés du quotidien… Faire fi de mon exigence d’authenticité au prétexte que je n’aime pas le conflit, pour faire bonne contenance ! Pour ne froisser personne, je n’ai pas été moi même, en jouant à ce jeu ; mais dans la vie courante est-ce que on ne passe pas notre temps à ça ?

Publicités

A propos jeangaillat

Marié, 2 enfants, Charlotte et Alexis
Cet article a été publié dans Philosophons un peu. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s